Partagez | 
 

 Le changement commence par se regarder dans le miroir et s'avouer nos erreurs à soi-même - Clarke Crossman

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Le changement commence par se regarder dans le miroir et s'avouer nos erreurs à soi-même - Clarke Crossman   Sam 29 Nov - 10:55

Le changement commence par se regarder dans le miroir et s'avouer nos erreurs à soi-même




Elle n'arrivait pas à dormir, elle fixait son plafond et ne pensait qu'à sa mère. Elle lui manquait terriblement, elle se sentait seule dans cet internat. Tous les jours quand elle sortait elle croisait de nombreuses fans, étant une mannequin très célèbre elle était un modèle pour de nombreuses jeunes filles. Sans cesse, elle donnait des conseils, elle signait des autographes, elle prenait des photos et souriait à longueur de temps. Mais derrière tout cela, se cachait une partie de la jeune fille qui criait à l'aide. Elle avait envie de plus que tout cela, elle voulait une meilleure amie, une bande, des gens sur qui elle pourrait compter.

Avec le temps, les gens ont commencés à l'admirer mais aussi à la détester. Elle en avait marre de voir cette haine sur les réseaux sociaux, elle n'avait jamais fait de mal à personne alors pourquoi les gens étaient si méchants avec elle? Elle n'avait aucune réponse et à vrai dire elle en était très triste. Quand elle se regarde dans le miroir la blonde fixe toujours ses yeux et c'est alors que des larmes coulent sur sur ses joues. Dès tas de choses lui passent dans la tête et plus elle y pense plus elle aimerait retourner en arrière et ne pas faire certains choix.

Il était dans les environs de neuf heures du soir quand elle sortit de sa chambre pour prendre un peu l'air. Avant de partir, elle avait sorti ses lunettes de vue énorme et sa casquette. Elle pensait que personne ne pourrait la reconnaître mais elle ressemblait plutôt à un mauvais comédien avec le plus mauvais des costumes. Même avec cet accoutrement elle était mignonne, elle n'était pas aussi belle que la journée mais elle avait un charme naturel que l'on pouvait remarquer en la regardant. Elle avait pris son sac à main à bandoulière en cuir noir à clous et ses clés avant de claquer la porte de sa chambre d'internat. Elle savait qu'elle n'avait plus le droit de sortir à cette heure et même étant une célébrité elle ne passait pas au dessus des lois. Mais elle avait besoin de voir autre chose que les quatre murs blancs de sa chambre, elle voulait voir des arbres, sentir l'herbe mouillées à cause de la pluie qui venait de tomber et les bruits des animaux qui sortent la nuit. Elle adorait la nature, elle aimait les animaux tellement qu'elle était végétariennes. Elle ne pouvait pas concevoir que l'on mange des êtres aussi mignons.

Elle poussant la porte du hall d'entrée de l'établissement elle se sentait libre, elle prit une grande respiration et ferma doucement les yeux. Elle savait qu'elle n'était pas totalement à l'abris d'un surveillant, alors elle mit sa capuche sur sa casque et l'avança un peu. Elizabeth était une jeune fille très naïve, à croire que lorsqu'elle était sous sa veste personne ne pouvait la voir. Elle était arrivée dans le jardin et là elle se sentait beaucoup mieux, elle n'étouffait plus et respirait de nouveaux. Elle regardait autour d'elle et elle aimait ce qu'elle voyait. La nuit était fraîche mais cela ne lui dérangeait pas, elle adorait cette sensation de froid sur ses joues et l'air pure lui donnait des frissons. Elle avait remarqué que dans ce parc de nombreux bancs étaient là et elle avait une envie de folle de s'installer pour profiter de ce moment de détende.

Elle était presque assise sur le banc, mais elle entendit des sifflements qui l'interpella. Elle se retourna doucement et quand elle fit face aux bruits elle remarqua que c'était une bonne de garçons. Ils étaient trois et Elizabeth se sentait rassurée, elle s'attendait à pire comme des agresseurs ou des kidnappeurs. Elle avait déjà vu les visages de ces hommes, ils était aussi en dernière année mais dans une autre section. Ils s'approchèrent de plus en plus d'elle et la blonde restait là sans rien dire. Elle n'enleva pas sa capuche et joua avec ses lunettes sans les enlever de son nez. Elle était à un mètre du banc et n'avait qu'une envie : s'asseoir. Mais par politesse elle restait debout. Elle pensait que les garçons voulaient juste parler, faire connaissance ou autre mais elle perdit vite se sentiment.

« - Que fait une jolie fille dehors toute seule?
- J'avais envie de prendre l'air c'est tout

Elle était naïve et tellement souriante qu'un garçon esquissait un sourire qu'elle ne remarqua pas. Elle était très jolie, très attirante et à cet âge là les hommes ont les hormones en ébullition. Elle était souvent sur des magazines et même si elle montrait que très peu les parcelles de son corps cela suffisait pour exciter des jeunes adolescents précoces.

« - Tu as envie de prendre l'air avec nous ? On sort dans une boite.
- Non merci, c'est gentil mais c'était vraiment juste pour respirer un peu.
- Allez ça va te plaire !
- Non. »

Elle était devenue plus ferme lors de la dernière phrase, elle n'avait pas envie de sortir, elle était déjà en infraction à cause de sa sortie nocturne alors si en plus elle devait sortir dans la ville et serait exclu pendant quelques jours. Les jeunes adolescents n'avaient sans doute pas appréciés le refus de Elizabeth et c'est alors que l'un deux lui prit violemment son poignet.

« Lâche moi tu me fais mal espèce de brute!
- Oh allez ! Les star ça aiment faire la fête non?
- Lâche moi ou je
- Tu quoi ? »

Ils étaient trop nombreux. Si il avait été tout seul, elle lui aurait donné un coup et elle serait vite partie. Mais là, trois c'était beaucoup trop pour elle toute seule. Son corps n'était pas celle d'une sportive de haut niveau tout en muscle, il était trop fin pour faire mal. Elle se débattait mais l'homme arrivait à un bras à se débattre. Et cette idiote avait oublié de prendre sa bombe lacrymogène et son taser de poche, elle déprimait rien que de penser à sa maladresse.

Revenir en haut Aller en bas
Clarke Crossman
Le point rouge dans l’œil c'est qu'il est en veille hein...?
avatar


MessageSujet: Re: Le changement commence par se regarder dans le miroir et s'avouer nos erreurs à soi-même - Clarke Crossman   Sam 29 Nov - 21:23








le changement commence par se regarder dans le miroir et s'avouer nos erreurs à soi-même.



Hors-Série I
Acte I


La soirée avait pas franchement bien commencé. J'avais reçu au moins une dizaine d'appels de Book à partir de mon appartement pour dire que le livreur de la porte qu'il avait cassé était juste "relou" et qu'il allait passer par la fenêtre. D'un sens c'était assez amusant de voir Book se mettre en boule pour un gars comme Maxi. Il était gentil mais... vraiment imcompétant parfois. J'avais eu aussi Elisabeth sous le nez quasiment toute l'après-midi. Elle avait eu des soucis en cours du genre... maladie imaginaire et comme dans les papiers, je suis responsable légal à la place Book, le temps de le cacher et de faire passer ses crimes aux oubliettes. Alors j'avais la petite tête blonde aux yeux bleus, me fixant, ses joues rouge. Elle était assez mignonne comme fille, très sage mais... elle avait été prise la main dans le sac en train d'essayer de se donner de la fièvre toute seule pour faire croire à une grosse migraine pour rentrer à l'appartement. A la vue de ses yeux, elle n'était vraiment pas fier et j'allais devoir en parler à Book... La sonnerie se déclencha, je posais mon livre, regardant la nuit déjà tombée... Les élèves allaient donc rejoindre les parents pour la plupart dans la ville et les autres élèves allaient rejoindre leurs dortoirs, vivant ici.


Elisabeth s'arrêta devant moi, son sac à dos sans doute plus gros qu'elle et la tête baissée devant moi, assis sur le bureau de la classe de permanence. Elle posa son sac par terre et se tenait le bras. Je lui attrapais délicatement le menton pour le relever avec mon index. Elle était vraiment toute rouge...


"Désolé Kane-san... Je voulais pas apporter des ennuies et... je... je sais pas, la semaine a été dur, j'ai jamais bossée autant... et..!"

"Ne recommence plus. C'est tout. Tu vas avoir des ennuis sinon avec l'administration et je ne vais pas pouvoir y faire grand chose. Maintenant file et rentrer à la maison, Book m'a envoyé un sms pour dire qu'il t'attend à la sortie."


J'ai eu le droit à un hochement de tête sérieux, elle à une caresse sur la tête et elle sortie de la classe tranquillement mais toujours avec ce teint rouge aux joues. Cette petite fille était vraiment attachante... Elle n'avait peut être que 12 ans mais bossait comme une adulte, comme une acharnée en tout cas. Je me levais, j'avais des papiers a remplir pendant un bout de la soirée... Eli n'allait pas être contente de ne pas avoir sa revanche sur son jeu vidéo de combat... Disons qu'elle n'était pas franchement douce derrière ses apparences de petit ange... Elle était surprenante. Durant le trajet, je saluais poliment les professeurs partant à leur tour chez eux, me laissant là ce soir une partie de la nuit pour surveiller le dortoirs des filles en travaillant sur les papiers qu'on m'avait fournit... Je m'asseyais alors dans ce bureau des surveillants. C'était vraiment le désordre... Et c'était un petit bureau pour deux. Devant moi, il y avait déjà Serène. C'était une surveillante elle aussi du style Hybride Animal. Une neko exactement... Une femme-chat. A vrai dire, elle n'était surveillante simplement parce que sa petite amie était en dernière année et qu'elle voulait encore rester avec elle et ça... même pendant la nuit. Du peu que je sais d'elle, elle s'appelle donc Serène et a 18 ans et est particulièrement jalouse et aussi perverse... D'un côté entre elle et moi, ça fait un contraste bien distinct pour jouer au bon flic et mauvais flic quand on a un soucis avec un élève.

Après quelques heures de passée et la neko revenue à moitié décoiffée, je comprenais ce qui c'était passé. Je posais mon livre pour regarder Serène d'un mauvais oeil...


"Quoi ? Elle était... consentante ! Et... hum.."

"Tu vas avoir des ennuis. Tu as déjà de la chance que je ne prévienne les parents de cette pauvre gosse qui... dort pas beaucoup à la vue de cette tenue."


Elle se regarda, réajusta son décolletée qui commençait a tomber. Puis... un bruit sourd résonna dans tous l'étage... Je demandais discrètement à Serène de rester ici... C'était une jeune fille. Habillée... Pour sortir ?


"Une élève est en train de sortir, je vais aller la récupérer. Tu restes là surveiller les autres et tu me bip pour me dire si quelqu'un d'autres sort."

"Mais..."

"Arrête de te plaindre et écoute moi un petit peu. J'ai autre chose a faire."


J'avais été assez froid mais plus je perdais du temps avec Serène, la gamine partait un peu plus loin. Je réajustais alors mon manteau, les filles regardant dans le couloir ce qui se passait, étant toute déjà couchée. Ne voulant pas me faire remarquer et faire peur aux plus jeunes, je passais à toute vitesse dans les couloirs, prenant cette fille en filature. Elle avait l'air d'être assez pressée mais pour aller où au final...? Je la voyais mal escalader le portail ou peut être grâce à un pouvoir qui pouvait lui permettre de voler...? Ou même de se téléporter. Je devais parer cette éventualité mais... je sais pas. Je ne l'ai pas arrêté plus tôt. Rapidement on s'est retrouvés dans le jardin. Et.. elle s'arrêta. Près d'un banc. Moi, je la surveillais depuis l'intérieur des arcanes du domaine Nozomi. Je me posais contre un mur, l'espionnant mais... elle n'avait pas l'air d'avoir envie de partir. Je fronçais les sourcils à entendre un sifflement pas très loin de nous. C'était des garçons... Ca n'allait pas bien se passer. Je me redressais, prêt à être là quand il fallait y aller...


« - Que fait une jolie fille dehors toute seule?
- J'avais envie de prendre l'air c'est tout


Je laissais faire les garçons, peut être qu'ils n'étaient pas vraiment méchant...


« - Tu as envie de prendre l'air avec nous ? On sort dans une boite.
- Non merci, c'est gentil mais c'était vraiment juste pour respirer un peu.
- Allez ça va te plaire !
- Non. »



C'était donc le moment d'intervenir, les affaires commençaient a être assez chaude et je détestais par dessus tout... Ces garçons sous forme de brutes voulant forcer qui que ce soit à des choses inimaginables... Je devais intervenir et vite.

« Lâche moi tu me fais mal espèce de brute!
- Oh allez ! Les star ça aiment faire la fête non?
- Lâche moi ou je
- Tu quoi ? »



Le bip de mon biper c'était mit en route. J'étais juste derrière les garçons. J'ai attrapé le bras de celui qui la tenait, le bras de libre pour lui casser froidement. Il tomba à terre, en pleure... Je lâchais son bras pour le laisser tomber complètement. Le plus grand m'envoya un coup de poing dans le ventre... Je me reculais légèrement... Je relevais lentement la tête pour le fixer.


"Putain... mais t'es quoi mec ?"

"Ton cauchemars pour ce soir."


Je lui attrapais le bras, le balançant dans les airs pour qu'il se brise le dos contre un lampadaire qui tomba sur lui aussi, laissant une décharge électrique l’assommer par dessus le marché. Plusieurs d'entre eux arrivèrent à leur tour.. Peut être cinq ou six en plus du garçon restant qui s'avança avec un couteau. Il fonça sur moi et d'un coup de pied retourné, je l'envoyais dans les airs près de la jeune fille. Je gardais ma jambe en l'air quelques instants pour la reposer... Un autre fonça dans mon dos, j'envoyais mon manteau sur lui pour qu'il ne voit plus rien, dévoilant ma tenue de combat... Je faisais un croche pied à ce garçon s'étant lancé dans la course pour le faire tomber aux pieds de la fille. Mon bras reposais comme un plâtre avec un bandage de mon épaule à celui-ci... Le coup du Scorpion que j'avais reçu il y a une petite semaine n'était pas guérit... Je serrais les dents pour voir m'arriver une barre en fer dans la tête... Je tombais sur le côté, bloquant un pied étant destiné à mon estomac pour briser finalement la cheville... Il cria alors, j'entendais déjà des gens arriver. Il fallait mettre un terme à ce combat au plus vite. Ma combinaison m'indiquais que j'étais déjà plus ou moins à court d'énergie.


"Brisez lui les jambes !"


L'un d'eux m’attrapa mais dans un instinct de survie, je lui mordais l'oreille, la lui arrachant violemment, enchaînant en sautant sur un autre pour le faire tomber et lui coller des coups... Un m'attaqua dans le dos avec une batte de baseball... je tombais sur le côté et en se jetant sur moi je lui donnait une décharge électrique grâce à mes gadgets... Je me relevais difficilement pour voir les deux derniers encore debout partir en courant... Je ramassais mon manteau pour l'enfiler difficilement et qu'à moitié pour ensuite regarder les gens descendu dans la cours... L'étage des filles exactement, une partie. Je regardais Serène qui me fixais avec un regard terrifiée pendant que les garçons encore conscient gisait au sol... Je m'adossais à un mur, le plus proche pour glisser lentement et déballer un téléphone.


"Il me faudrait une voiture de police à l'internat Nozomi... A vrai dire un camion. Des délinquants sont entrée mais son maîtrisés... Merci."


Voilà ce que je suis. Un monstre. Une machine.


© Jawilsia sur Never Utopia


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le changement commence par se regarder dans le miroir et s'avouer nos erreurs à soi-même - Clarke Crossman   Dim 30 Nov - 8:35

Le changement commence par se regarder dans le miroir et s'avouer nos erreurs à soi-même




Elle se débattait, elle avait peur. Jamais on ne l'avait emmerdé de cette façon et donc, elle n'avait jamais senti son cœur battre aussi rapidement. Dans cette situation, on ne sait pas quoi faire. La blonde était surprise du comportement de ces garçons, c'était la première fois que quelqu'un était violent avec elle. Elle aimait de moins en moins l'internat et les raisons étaient bien là. Elle n'aimait pas ce qu'elle était juste pour cette raison, elle était incapable de se débrouiller toute seule. La violence est elle ça faisait deux, elle était méchante avec ses mots mais pas avec ses mains.

Elle ne compris pas grand chose, seulement un bruit. Un espèce de bip ,qui fit sursauter la jeune fille. Une machine, un robot, un homme ? Plus vieux qu'elle et qui ne ressemblait presque pas un un homme normal. Son corps était fait de plus de fer et de technologie récente que de chair. L'homme attrapa le bras de l'adolescent et le balança loin d'elle, elle faisait les grands yeux surprise de cette action. Elle se recroquevilla sur elle même et posa ses mains sur ses yeux comme pour oublier qu'elle était elle, c'était une façon pour elle de se protéger. Elle ne se posait qu'une seule question " Qu'est ce que je fous là bordel ?! " Elle n'avait qu'une envie : disparaître. Elle voulait retourner dans son lit et dormir, ne plus être là et ne plus les voir. Elle entendit les cris de douleurs des adolescents et frissonnait de tout son être. Elle entendait des insultes, la violence des coups qui brisaient le vent. Elle avait toujours les yeux fermés, elle tomba lourdement sur le banc en bois du parc et se bougeait les oreilles très fort pour ne plus rien entendre.

« Il me faudrait une voiture de police à l'internat Nozomi... A vrai dire un camion. Des délinquants sont entrée mais son maîtrisés... Merci.»

Malgré tout elle entendit ses mots, prit son courage à deux mains et leva doucement la tête pour regarder l'homme qui venait de mettre tous ses gens à terre. Quand elle regarda ensuite le sol, il y avait beaucoup plus d'adolescents que tout à l'heure. A croire que tous les merdeux étaient sortis ce soir pour emmerder la célébrité. Elle se leva les jambes un peu tremblantes et décida de lever sa capuche pour laisser apercevoir ses longs cheveux blonds.

Elle regardait toujours fixement le sol. Comment avait-il fait? C'était un démon ? Impossible il est trop fait de fer pour n'était qu'un démon. Un vampire? Non plus. Un robot ? Un cyborg ? Elle en était pas loin et elle le savait. Elle baissa un peu plus la tête vers ses pieds et vit le corps de l'adolescent, elle fit de grands yeux et d'un geste violent avec ses mains sens toucher le corps de l'agresseur elle le fit rouler un peu plus loin d'elle. Elle n'utilisait que très rarement son pouvoir mais là, c'était instinctivement qu'elle le fit. Elle soupira puis prit une grande respiration car celle-ci avait du mal à respirer, sa poitrine était trop compressée.

Elle ne bougea pas de sa place mais fixa toujours son supposé sauveur.

«Je suis supposée dire merci c'est ça ?»

Elle ne savait pas quoi faire. Elle ne savait pas quoi dire et elle ne savait pas qui il était. Peut-être qu'elle allait être la prochaine, mais elle n'allait pas se défendre par la violence de ses poings mais par la magie, elle devait restée concentrée au cas où.


Revenir en haut Aller en bas
Clarke Crossman
Le point rouge dans l’œil c'est qu'il est en veille hein...?
avatar


MessageSujet: Re: Le changement commence par se regarder dans le miroir et s'avouer nos erreurs à soi-même - Clarke Crossman   Mer 3 Déc - 11:36








Titre du message



Acte II



Une fois le message transmis aux autorités, je posais ma tête contre le mur blanc sur lequel je me reposais... J'avais épuisé la plupart de mes réserves d'énergies étant donné que je n'avais pas repris le poil de la bête par rapport à la semaine dernière... Je regardais alors vers cette jeune fille... Elle avait l'air plutôt surprise ou plutôt choquée...? J'allais alors pour me concentrer et enfin me relever...


«Je suis supposée dire merci c'est ça ?»


Enfin debout, me tenant les côtes à cause de la douleur, je continuais de la fixer. Elle était belle sous cette nuit assez étoilée... Quand je parle à une personne à vrai dire et quand je sens quelque chose entre cette personne et moi, je m'imagine que personne n'est là, que la personne en face de moi et moi-même somme dans une grande pièce blanche... J'ai toujours imaginé les choses sous cet angle à vrai dire et c'est ce qui se passait à présent... Je regardais cette jeune fille aux cheveux d'or me fixer... Je faisais du même, ne sachant pas spécialement ce que je devais répondre... Je faisais juste en sorte de me tenir bien droit à mon habitude dans cette grande pièce blanche...


"Non. Je ne fais que mon travail. Je t'ai vu sortir toute à l'heure et... je voulais juste voir ce que tu allais faire. Pardonne moi de ne pas être arrivé plus tôt. Je voulais juste te laisser prendre l'air."


Je baissais la tête, l'illusion d'être dans une pièce blanche disparaissant par la même occasion... Je me rendais compte alors que Serène s'avançait vers moi, les oreilles couchées, l'air vraiment inquiète. Les filles de l'étages commençaient déjà a remonter... Serène s'approchait donc de moi, touchant mes côtes l'air terrorisée.


"J'ai dis aux responsables de classes de faire remonter les filles... Tout... tout ira bien pour toi ? C'était spectaculaire... j'ai vu toute la scène, où tu as appris à faire tout ça...?"


Je ne lui répondais pas. Ayant toujours les yeux fixés sur la fille. Alors je tapotais doucement sur l'épaule de Serène pour me diriger vers la jeune fille n'étant toujours pas remontée visiblement. La police arrivait.. Il allait falloir qu'elle porte plainte et je voulais être là pour elle... Toute seule ça n'allait pas être si simple. Je boitais à moitié, j'avais un regard vide, l'air froid... Tout pour vraiment lui faire peur même si ce n'était en rien mon intention. Plus je m'approchais d'elle, plus je semblais la reconnaître... Elisabeth regardait beaucoup la télé et les magasines... Elle était d'ailleurs très passionnée par la culture régionale et s’intéressait aux artistes de l'internat... Si elle avait été près de moi elle aurait pu me dire qui était cette jeune fille que je venais de sauver... C'était comme si Elisabeth l'idolâtrait limite... Je me souviens voir Book naturellement être gavé de toute ces histoires de magasines mais... je ne voyais toujours pas le rapport... Arrivé à elle, je baissais naturellement la tête pour la regarder... Je poussais alors une mèche de ses cheveux en hésitant pendant quelque seconde pour examiner son visage... Je m'assurais que tout allait bien.


"Tu n'as pas été blessée...? La police va te poser quelques questions... Je pourrais te laisser partir qu'après."


Elle ne semblait pas avoir grand chose de grave physiquement... En tout cas moins que moi c'était clair. Je soupirais pour enfin m'asseoir sur le banc près d'elle... Mes cottes en avait prit un gros coup et il allait falloir me soigner dans peu de temps. D'un autre côté je ne pouvais absolument pas laisser la jeune fille seule.. J'engageais la conversation à contre-coeur n'étant pas un grand, grand parleur.


"Alors... Comment tu t'appelles ?"


Simple. Concis. Je devais gagner du temps pour ne pas tomber dans les pommes.


© Jawilsia sur Never Utopia


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le changement commence par se regarder dans le miroir et s'avouer nos erreurs à soi-même - Clarke Crossman   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le changement commence par se regarder dans le miroir et s'avouer nos erreurs à soi-même - Clarke Crossman
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mon Reflet Dans le Miroir
» Changements tant attendus dans la Diplomatie Haitienne.
» Ça déménage ! [Terminé]
» Un miroir pour une bataille sanglante! (PV Julian)
» Regarde dans ton jardin avant de regarder dans celui des autres.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
¤ INTERNAT NOZOMI ¤ :: Extérieur de l établissement :: Jardin-
Sauter vers: