Partagez | 
 

 TAMAKI SHÔ - Parce qu'il faut bien des niais dans ce monde...[100%]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shô Tamaki

avatar


MessageSujet: TAMAKI SHÔ - Parce qu'il faut bien des niais dans ce monde...[100%]   Jeu 5 Mar - 0:43




Tamaki Shô

The one who fight against monsters must take care not to become one himself


En résumé


♦ Nom et Prénom(s) : TAMAKI Shô.
♦ Âge : 17 ans.
♦ Genre :
♦ Pouvoir(s) Copie des pouvoirs.
♦ Groupe Magiciens.
♦ Classe Dark (redoublante).
♦ Personnage utilisé : Shigure - Kantai Collection.




Physique
« Outside her »
C'était un jour de pluie, froid, sans aucune couleur, aussi fade qu'un met sans sel. L'automne était annoncé par les couleurs brunes-orangées des feuilles qui se détachaient de leur hôte. Les premières vagues de froids commençaient à se répandre sur le pays et la plupart de la population commençait à se vêtir de polaires ou d’imperméables. Le paysage triste et morne de cette saison enchantait la jeune fille autant qu'une paire de gifle et sa seule hâte était d'arriver au mars prochain pour contempler à nouveau le printemps. Assise sur le bord de sa fenêtre, elle contemplait de façon rêveuse le ciel nuageux qui offrait quant à lui des teintes grises. Dans le reflet de la vitre, elle aperçut un reflet translucide, le sien.

Fragile. C'est tout de suite ce qui transparaissait derrière ce minois innocent. De grands yeux à la couleur d'un ciel d'été ponctué par des touches abyssales dont la taille accordait douceur et complaisance à son regard : un regard de biche accentué par des cils aussi jais que le charbon. Son reflet lui accordait aussi la possibilité de voir sa chevelure caractéristique de nippone : des cheveux bruns presque noirs dont la longueur, raisonnable, restait aussi lisse que l'eau d'un lac exceptant trois épis rebiquant au niveau du sommet de son crâne. La plupart du temps tressés, elle ne les laissait que très rarement lâches parfaisant toujours son air sage.

Sa peau, elle, naturellement pâle arborait santé et fraîcheur d'âge bien qu'elle soit sujette quelques fois à quelques imperfections liées à son âge – ewih, personne n'est parfait, non mais – mais peu visibles et facilement camouflées. Des traits fins lui conféraient un air plutôt féminin, son nez légèrement remonté et sa bouche, rosâtre et fine restant en accord avec le reste de son visage. Son cou, gracile, continuait sur un poitrail raisonnablement chargé et des bras fins finissant sur des mains aux doigts tout aussi chétifs que le reste de son corps. Il en allait de même aussi pour ses jambes, frêles mais accordant une longueur dont une tâche de naissance marquait la droite à l'arrière du mollet.

Dans l'ensemble, c'était une damoiselle abordant le mètre soixante-trois et dont le poids restait inconnu à ce jour – ewih, on ne donne pas le poids d'une demoiselle –, même si tout le monde se doutait que le fait qu'elle ne puisse soulever plus de dix kilos faisait d'elle un poids plume. Elle songeait alors à ce physique se rapprochant plus de la dizaine d'année que de la vingtaine alors qu'aujourd'hui, elle s'approchait plus des impôts que de Dora l'Exploratrice, ce qui commençait à l'inquiéter légèrement, cette inquiétude légèrement renforcé par ce style vestimentaire de petite fille sage qui n'aurait pas dépassé la quinzaine. Enfin elle s'assumait comme ça, autant dire qu'elle n'était pas prête mentalement à déambuler en mini-jupe et talons aiguille.

Shô continuait alors à se regarder, silencieuse, alors que dehors la pluie continuait de s'abattre de façon inlassable, le temps ne semblait pas vouloir se calmer mais le son des gouttes tombant un peu partout à la manière d'une petite cascade l’apaisait, du moins jusqu'à ce qu'une lueur blanche ne déchire le ciel au loin dans la colline voisine. Ce fut comme un top départ, en presque une seconde, la demoiselle se retrouvait blottie sous sa couette, effrayée par le son tonitruant qui suivie la décharge du ciel.

Oui, car même proche de la vingtaine, elle gardait toujours ses peurs d'enfant.




Caractère
« Inside her »
Aujourd'hui était un long jour d'hiver où le froid saisissait le Japon entier et où la terre, frileuse, avait revêtu son manteau de poudre blanche. Shô, elle, au lieu de revêtir son manteau pour aller prendre l'air, préférait épier l'extérieur, regardant depuis la fenêtre du foyer quelques personnes se jeter des boules de neige à tort et à travers, à la manière d'enfants. La demoiselle souriait, s'amusant de ce comportement. Elle aurait bien aimer les rejoindre mais, frileuse qu'elle était, le chauffage lui était plus intime. A la place, elle se prélassait près du radiateur tel un chat sur les genoux de son maître, un livre de médecine sur les genoux, à moitié fini, écoutant la musique que s'amusait à créer quelques musiciens de l'établissement...

Gentille. C'était le premier qualificatif qu'on pourrait accorder à la jeune fille. Très soucieuse de rendre les autres heureux avant elle, Shô s'est toujours démené pour faire le bonheur de tout le monde et surtout de ses parents qu'elle aime énormément. D'une joie de vivre extrême, elle essaie toujours de la communiquer à travers sourires et attentions, détestant voir les gens tristes voir pire, malheureux. Très empathique et sensible, la demoiselle n'a jamais réellement su se créer de défenses pour se protéger des autres et en cela a déjà été détruite plusieurs fois bien qu'elle se soit facilement reconstruit.

Intelligente, c'est aussi un mot qui la correspondrait. D'une malice innocente, elle trouvera toujours un moyen pour s'en sortir en essayant de faire le moins de dégâts collatéraux possible, trouvant en général plutôt de bonnes idées et réussissant grâce à ça à redonner le sourire aux gens. Bien que très maladroite, elle en garde néanmoins cet esprit d'enfant qui rend les gens le plus souvent incapables de la gronder à cause de ses bêtises. La plupart du temps, elle cherchera toujours à réparer ses erreurs par culpabilité.

Instable. C'est bien un mot qui la caractérise également. Très attachée au regard des autres, elle subit toujours très mal les remarques qu'on lui fait à cause de cette sensibilité qui, aussi fragile qu'une ficelle, pourrait très bien la faire retomber du côté « obscur » sans qu'elle ne le veuille vraiment. Bien que cela arrive rarement pour ne pas faire du mal aux gens qu'elle aime, il est possible que trop d'angoisse la fasse mal réagir.

Peureuse. En proie à de nombreuses peur – comme la peur de l'orage, des oiseaux, de l'eau ou de divers pouvoirs –, la jeune fille est souvent obligée de se priver de certaines choses qu'elle aime faire pour ne pas être confrontée à ses phobies. Certaines fois, elle arrive même à avoir peur d'elle même lorsque son pouvoir se montre, ne sachant que faire et donc empirant l'effet incontrôlable de ces derniers par son angoisse.

Amusée, elle est très attachée au fait de rire et de s'amuser, adorant être avec les autres, en général très sociable et curieuse vis-à-vis des autres, adorant écouter et en apprendre plus sur les autres même si une certaine timidité ne la force pas à venir d'elle même parler aux gens. Ce n'est cependant pas insurmontable et elle sait faire rire et rire à son tour, malgré que son sens de l'humour reste des fois assez moyen à comprendre comme à aimer.

Passionnée, elle fera tout ce qu'elle entreprend avec un engouement presque exagéré, aimant par dessus tout découvrir de nouvelles choses, aider les autres et montrer de l'intérêt aux choses qu'elle entreprend. A énormément d'idées bien qu'elle ne sache pas toujours les mettre en œuvre, cette dernière n'ayant d'aversion pour rien et essayant de tout faire pour voir le bon côté des choses quand une activité ne lui plaît pas forcément, modifiant ou s'adaptant afin de rendre ça plus agréable.

Ce comportement précède ensuite quelques passions bien à elle, comme le fait de se plonger des heures dans des livres de médecine ou s'évertuer à résoudre des équations et autres tortures mathématiques bien au chaud dans sa chambre. Gourmande, elle aime aussi particulièrement manger mais s'empiffre raisonnablement pour ne pas faillir à son éducation de sagesse. Elle aime aussi, lorsqu'il fait chaud, aller se promener un peu partout, seule ou accompagnée pour prendre l'air ou voir des animaux, cette dernière adorant la nature. Pour finir, elle a un goût particulièrement prononcé pour la musique, aimant beaucoup le classique...Cependant, le guitariste de ce groupe semble ne pas avoir compris le principe d'ouïe...Bon, après, personne n'est parfait et il débute peut-être...

C'est pour cela que Shô préfère voir le bon côté des choses...Pour rester sage.




Histoire
« Before her »
En dehors de la salle de classe, les arbres reprenaient à leur tour un souffle de vie exalté depuis que la fine poudre blanche avait fondu. Au début du printemps, on voyait des cerisiers fleurir aux abords des fenêtres, comme de gros moutons de laine rose dont s'échappait quelques pétales. Les décors verdoyants annonçaient un bel été et le ciel brillant de vivacité ne montrait pas un seul nuage, juste une teinte bleutée pâle. C'était le premier jour du printemps à Nozomi, et Shô n'avait à elle qu'une seule envie : partir s'effondrer au milieu du paysage pour remplir ses poumons de cet air frais qu'elle désirait tant, enfermée à l'intérieur, à écouter un professeur déblatérer le principe de réfraction de la lumière.

Un soupire atteint ses lèvres alors qu'elle songea à l'avenir, à ce qu'elle pourra faire quand elle ne sera plus dans un internat pour "monstres" comme on l'avait si souvent appelé dans le passée. Là où elle était actuellement, elle n'était plus un monstre mais quelqu'un de normal, voir même de banal car bien des gens étaient pires. Certaines personnes étaient même presque effrayants à cause de leurs pouvoirs, Shô en avait déjà croisé quelques uns, un jour elle avait même vu quelqu'un marcher sur le plafond et un autre marcher sous la pluie sans être mouillée – même si ce n'était pas de la plus grande utilité, ce genre de pouvoirs l'impressionnaient énormément.

Elle songeait alors à son futur métier, lorsqu'elle était plus jeune, cette dernière voulait entreprendre des études de médecine ou de chercheuse de telle sorte à se rendre utile en aidant les gens dans le besoin. Tout cela venait de son père, chirurgien compétant à qui on faisait une entière confiance et auquel on était redevable. Au fil des années où elle grandissait, cela se précisait dans sa tête jusqu'à devenir une évidence pour elle, ne pensant changer de voie pour rien au monde. Néanmoins, tout cela s'effondra le jour où des événements étranges se produisaient de façon aléatoire. Ce fut la naissance de ses dons qui fit s'évanouir l'espoir de devenir un jour une brillante médecin.

Tout avait commencé dans une petite ville au nord de l'archipel, lorsque Tamaki Karen donna naissance à Shô. Première enfant du jeune couple dans lequel elle était née, elle fut protégée et aimée de manière inconditionnelle. L'enfant se révéla alors être d'une curiosité, d'une énergie et d'une joie de vivre intarissable et c'était bien les qualités qu'on lui reconnaissait dès qu'on la voyait. Cette dernière faisait alors le bonheur de ses parents, apprenant vite ce qu'elle devait apprendre et se comportant de manière exemplaire. Elle se plongea vite dans les livres et magazines de sciences et rêvait pendant des heures et des heures à son futur de médecin.

A sa sixième année de vie cependant, Shô découvrit un problème plutôt embêtant : ses dons. En effet, lorsqu'elle touchait quelqu'un, peu importe l'âge que la personne avait, elle s'appropriait ses capacités magiques et était incapable de les contrôler. Ce qui posa nettement plus de problèmes, c'est lorsqu'elle changea d'école après avoir subit un déménagement forcé. Véritable traumatisme, elle changea d'île pour aller cette fois au sud, son père ayant été muté. Elle perdit alors ses amis mais découvrit en compensation de nouvelles personnes qui l'acceptèrent plus ou moins. Demeurait cependant toujours ces pouvoirs qu'elle ne contrôlait pas.

Après quelques années de calme, ses pouvoirs revinrent lorsqu'elle toucha une camarade de classe dans leur rang. Son contact la paralysa. Shô ne comprit pas, sur le coup ce qui se passait mais lorsqu'elle vit la demoiselle s'effondrer au sol, elle paniqua. Le regard des autres, aussi lourd que de l'acier, la dévisageait comme si elle venait de commettre l'irréparable. En les regardant reculer, la demoiselle décela dans leurs yeux de la terreur, les mots "monstre", "tueuse" et autres atteignaient ses oreilles alors qu'elle essayait de se justifier, bafouillant en tremblant comme si elle était effectivement devenue une criminelle.

Elle vit deux professeurs arriver, l'un pour venir ramasser la jeune fille qui ne bougeait plus et l'autre pour venir la voir, alors qu'elle se mettait à pleurer. A ce moment précis, elle voulait disparaître, se fondre quelque part, ne plus exister. Ce regard que les autres lui lançaient était ceux de bêtes terrifiées à l'idée d'être dévorées, et elle s'en sentait terriblement mal. Shô ne savait même pas comment cela avait pu se produire ni qui elle avait touché pour que cela se produise. La demoiselle ne connaissait personne avec ce pouvoir et si elle la connaissait, sûrement l'aurait-elle évité.

L'événement se répandit comme un feu de forêt, bientôt toute l'école était au courant et même les parents en furent informés. En seulement quelques jours, elle n'était plus invitée nul part et personne n'osait la côtoyer. Lorsqu'elle passait elle entendait les murmures terrifiés, pas moqueurs, seulement terrifiés, lorsqu'elle essayait de reparler à ses copains, ils lui annonçaient que leurs parents ne voulaient plus qu'ils l'approchent suivi d'une excuse alors qu'ils partaient, sans doute eux aussi terrifiés. Des fois, on la traitait juste de démon, on lui trouvait des surnoms de méchants, on laissait filer des rumeurs à son propos.

Sa joie de vivre disparaissait alors au fil des jours. Le seul avantage à ce qu'il se passait c'est que plus personne n'osait la toucher et elle ne devenait alors un danger pour personne. Elle restait simplement démoralisée, aller à l'école devenait pour elle une corvée. Bientôt, on commença à l'ignorer, la peur restait mais on préférait ne plus s'en occuper car elle commençait à prendre ce rôle qu'on lui donnait à cœur, fonçant comme un animal sur la défensive vers ces gamins qui partaient en courant, des fois en pleurant. Bientôt, la fillette n'existait plus aux yeux des gens et elle se contentait de rester dans son coin à lire.

Après une période d'accalmie de la part de ses pouvoirs, son malheur ne s'arrêta pas : Elle entendit, pendant une journée, toutes leurs pensées. Ne sachant pas la raison pour laquelle elle avait acquit celui-là – peut-être avait-elle touché quelqu'un dans la rue, elle ne subissait alors plus des insultes mais un harcèlement presque continu lorsqu'elle avait un contact visuel. Le pire moment fut lorsqu'en classe la professeur demanda à chacun des élèves quel métier souhaiteraient-ils faire. En annonçant de façon timide le mot "médecin", les regards surpris des uns et choqués des autres furent accompagnés de pensées telle que : « quoi ? » ; « mais elle est folle ? » ;  « elle veut tuer des gens ? ». A ce moment là, elle aurait voulu s'enterrer. Choquée elle-même par ces réflexions mentales, elle se contenta de baisser les yeux, comme si son rêve s'envolait, ne relevant même pas la gentille remarque de la maîtresse qui l'encourageait.

Dans sa tête naquit l'idée de changer d'école, et lorsque le soir elle rentra chez elle, Shô posa mille fois la question à ses parents, qui, contrits, ne surent quoi répondre, se contentant d'un « on verra » tout juste sorti pour lui faire plaisir. Intérieurement, la demoiselle priait pour que cela se fasse mais cela n'aboutit pas. En colère et après trois ans de désocialisation, ayant tenu jusqu'à sa première année de collège, soit à treize ans*, elle fit tout pour se faire renvoyer de l'école. Libérant ses pouvoirs, elle en usa sur les autres, détruisant des choses, blessant des gens jusqu'à accumuler des heures de colle, l'établissement la renvoya après un an de lutte, de discussions et de compréhension vis-à-vis de son cas.

A quatorze ans, elle se retrouvait alors sans établissement, provoquant la colère de ses parents qui décidèrent non sans tristesse de faire quelque chose pour que cela ne se reproduise plus. C'est comme cela qu'ils trouvèrent l'internat Nozomi, leur chance. Placé sur une île, cette école réunissaient des gens comme elle et c'est comme ça qu'un accord fut passé entre la jeune fille et ses parents : elle irait là bas pour apprendre à contrôler ce qui lui gâchait aujourd'hui la vie mais son comportement devra changer. Shô dût réfléchir pendant à peu près...une seconde avant d'accepter.

C'est comme ça qu'elle se retrouvait là, à songer à son avenir mais aussi à son passé, à réfléchir à ce qu'elle serait devenu si il y a trois ans son établissement l'avait gardé. Au fond d'elle, elle regrettait la méchanceté dont elle avait fait preuve pendant tout ce temps et ne ressentait plus aucune haine envers ceux qui lui avaient, de façon indirecte ou pas, fait du mal. Alors elle s'excusait intérieurement auprès d'eux, comme si même après toutes les années et les kilomètres qui la séparait de ces incidents, ils pouvaient encore la pardonner de s'être montré aussi cruelle. Son rêve de devenir médecin demeurait maintenant tout de même assez flou et elle se devait tout de même de penser à ce qu'elle ferait plus tard quand elle quittera l'internat.

« Tamaki-san... ? Résonna une voix dans la salle.
- O-Oui... ?
- Pourriez-vous venir compléter le schéma au tableau ?
- Bien sûr...
 » Répondit-elle, sortie de ses pensées.

La demoiselle se leva pour aller attraper la craie tenue entre les doigts du professeur, dans le but de remplir ce diable de schéma. Regardant le dessin, elle réfléchit un instant et, lorsqu'elle posa la craie sur le tableau, le tableau d'ardoise fut envahit de glace. A ce moment là, un sentiment d’appréhension fila dans son regard et, lorsqu'elle se retourna, elle vit le regard de ses camarades, surpris. Elle se pinça les lèvres et, lorsqu'elle commençait à regarder par terre, éclat de rire général. En relevant les yeux, à son tour étonnée, Shô se rappela de la raison pour laquelle elle était ici : Oui, ici, ils étaient tous comme elle.

Enfin ça n'aura pas empêché le prof de la virer de cours à cette heure-là.
Méchant.


Et toi, alors ?

♦ Pseudo/Surnom : CALL ME KENNY, BITCHZ.
♦ Âge : Entre 0 et 100 ans
♦ D'où connais-tu le forum ? : J'sépuuuuuuuuu
♦ Un avis sur le fow ? : ...I rape him. x666.
♦ Dernière remarque ? : Jun, mi kokoro iz 4 u ❤ ❤ ❤


©Tora-kun. sur Epicode

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -



Dernière édition par Shô Tamaki le Sam 7 Mar - 15:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Junsuke Cross
Assistant de Timmy
avatar


MessageSujet: Re: TAMAKI SHÔ - Parce qu'il faut bien des niais dans ce monde...[100%]   Jeu 5 Mar - 0:45

Anwih ♥ I'll take ur kokoro darling

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Paroles : Orange
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Helena Abrahel

avatar


MessageSujet: Re: TAMAKI SHÔ - Parce qu'il faut bien des niais dans ce monde...[100%]   Jeu 5 Mar - 1:30

Bienvenue :3 !
J'adore ta fiche en passant ><

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -



Difficile d'entreprendre quoi que ce soit
Sans rencontrer le démon en moi
...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vladimir Malchiderizeck
Si Dieu existait, ce serait moi.
avatar


MessageSujet: Re: TAMAKI SHÔ - Parce qu'il faut bien des niais dans ce monde...[100%]   Jeu 5 Mar - 7:48

KEEEEEEEEEEEEEEEEEENNY JTM JTM JTM.

J'lis ta fiche ce soir %D

Ou alors si Jun veut s'en charger hein je l'interdis pas eue

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

       

J'écris en #4ce7ca
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Junsuke Cross
Assistant de Timmy
avatar


MessageSujet: Re: TAMAKI SHÔ - Parce qu'il faut bien des niais dans ce monde...[100%]   Jeu 5 Mar - 10:36

Bah je l'ai toute lue déjà alors j'vais m'en occuper pour une fois =w= (Et puis c'est pour manamûr alors y'a pas de souci *PAF*)

Boooon ! Honnêtement je ne sais pas quoi te dire, tu m'embêtes un peu.
Mais t'as bossé longtemps dessus alors j'vais pas juste mettre un mot huehuehuerf.

• Tiens, c'est drôle, je reconnais la fiche %D T'as bien fait de la prendre elle va bien à ton perso je trouve. Et puis je l'ai déjà dit mais je trouve l'image de header overcute haha.

• La copie de pouvoir c'est genre le truc parfait, quand on y pense : t'es certain que ta capacité est pas trop badass pour le forum puisque tu peux copier que les validés qui auraient pas pu l'être avec une capacité badass %D Bon bref.

• Bien esquivé, la fermeture de la classe Light. En vrai quand j'y pense ça fait de Shô la première et seule redoublante du forum, je crois (lel la pauvre). C'est étrange qu'on y ait jamais pensé avant d'ailleurs. (Va y avoir une vague de redoublants et on va devoir fermer la classe Dark aussi maintenant t'sais)

• Le physique. Écoute. Je suis toujours aussi fan de tes descriptions. T'écris trop bien tu m'énerves, et la capacité que t'as à décrire ton perso au maximum sans devenir lourde ni répétitive c'est ... Awesome, sisi.

• Le caractère déroge pas à la règle. J'ai eu légèrement plus de mal à le lire (longueur du tout + fatigue bref) mais on saisit la personnalité de la demoiselle. Et elle est CUTE. Tu peux être certaine que Jun va jamais la lâcher ohohoh (c'est bête, hier le journal publiait qu'il avait personne en vue :<).

• L'histoire est ... Waw. Immense *PAF* mais surtout la pauvre quoi ;_;
Bon après vu ce que certains de tes persos se bouffent j'peux rien dire, elle a limite eu de la chance haha
Tout est bien expliqué, y'a pas de questions en flottement, et c'est pas de l'over-badassitude ou du perso ultra torturé qui semble sortir d'un manga dramatique. C'est cool.

• Globalement, ton style d'écriture est toujours aussi génial. Tu nous fais une belle fiche avec pleins d'images (et j'adore ça ♥), la longueur est pas un problème, je n'ai pas vraiment décelé de fautes (à part dans l'histoire : "Elle perdu alors ses amis", sure about that ?) ...

Mais bon, je reste quand même déçue de l'ensemble. Tu m'avais habitué à mieux avant, et puis lolz, c'est une fille. On veut pas de fille.

Donc t'es recalée.











Non bon ok je sais je suis pas crédible ~
Validée ♥

Tu n'as maintenant plus qu'à aller :
recenser ton avatar,
te réserver une chambre,
et te trouver un club !

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Paroles : Orange
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: TAMAKI SHÔ - Parce qu'il faut bien des niais dans ce monde...[100%]   

Revenir en haut Aller en bas
 
TAMAKI SHÔ - Parce qu'il faut bien des niais dans ce monde...[100%]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» parce qu'il faut bien bosser un peut !!!!!!!!!
» Faut bien trouver une occupation... [ PV : Patte d'Hiver ]
» Parce qu'il faut bien trouver une distraction (Elvir)
» [Sept. 2000]Parce qu'il faut bien qu'être préfets ait ses avantages [Ara]
» Buenevo, "Tony" Green. Parce qu'il faut bien vivre. (Attente de validation.)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
¤ INTERNAT NOZOMI ¤ :: Premiers pas :: Présentation :: Présentations validées-
Sauter vers: