Partagez | 
 

 Vous pouvez aller vous asseoir à côté du délinquant aux cheveux décoloré, au fond. [PV Maria Murasaki]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vladimir Malchiderizeck
Si Dieu existait, ce serait moi.
avatar


MessageSujet: Vous pouvez aller vous asseoir à côté du délinquant aux cheveux décoloré, au fond. [PV Maria Murasaki]   Jeu 29 Jan - 19:05

    Il y a beaucoup de choses qui font que vous n'avez pas beaucoup le choix de faire des choses que vous n'aimez pas: l'argent, les menaces, le profit, les demandes, les questions rhétorique, surtout les questions rhétorique en fait, il y a aussi les besoins, les personnes, la solitude, l'ultimatum.

    Vladimir était dans le cas des menaces. Il devait aller en cours, au péril de perdre son logement dans l'internat ainsi que son passe pour la cantine. Vous voyez, ce genre de choses indispensable quand on vit seulement dans un internat et qu'à côté, on n'a pas d'argent.

    Vlad n'ayant ni famille à côté pour subvenir à ses besoins, ni amis qui tiennent assez à lui pour l'aider, il était contraint de tout faire par lui-même, et donc, aller en cours. Et particulièrement en maths.

    Ah, les maths. Douce matière. Sérieusement, qui aime cette matière ? Seul les hispters pur-souche qui disent aimer ça, ou les naïfs trop bête pour remarquer que c'est de la merde.

    Dans tout les cas, Vlad détestait ça, comme 99.9% de la population active avec un PIB/habitant supérieur à 1 789€, le tout en restant sur la périphérie de métropoles d'équilibre française. Le tout, en évitant le mitage des littoraux afin d'éviter les catastrophes d'ordres naturelles.
    *pose son cahier de géo'*

    Soit, il devait aller en cours. Rien d'extraordinaire pour un étudiant normal, mais pour lui, qui avait l'habitude de sécher les cours, c'était la punition divine. Zeus s'en prenait à lui, là. Une violation de ses principes fondamentaux, un viol de son quotidien. Le monde était devenu dystopie.

    Arrivé dans la classe, il n'avait pas grand chose à faire. Tout le monde était là, aussi bien les intello que la raclure, allez savoir pourquoi.
    Un des gars qui était devant lui lui avait dit qu'ils attendaient de voir la nouvelle. C'était une Dark qui avait été envoyée en Light.

    C'était une fille.

    Vladimir regarda son voisin, qui dessinait, puis le dégagea d'un coup de pied, laissant comme seule place libre dans la classe la place qui était à côté de lui.

    Certes, elle n'était pas nouvelle dans l'établissement, mais elle ne devait pas connaitre de la classe des plus âgés, des grands bonhommes. Alors, il lui fallait expliquer, et bavarder avec quelqu'un. Car les cours de maths en travaillant, c'est pas drôle, et Vladimir n'était pas encore résigné à dormir.

    Après si le malheur à fait que ce soit une intello.

    Le professeur entra dans la salle, parla un peu sur la venue de la nouvelle, tout en fixant la place vide à côté du garçon, puis, s'adressa alors à la personne qui devait se tenir derrière ou au seuil de la porte, soit.

    - Vous pouvez aller vous asseoir à côté du délinquant aux cheveux décoloré, au fond. dit alors l'enseignant, de son air stoïque habituel.

    Lorsque le vampire la vit, il la reconnu tout de suite. C'était elle, cette vampirette de basse-cour qu'il avait rencontré sur le toit il y a déjà un petit moment.
    D'ailleurs, comment pouvait-il s'en souvenir ? A cause de ses long -très long- cheveux ? Ou peut-être le fait qu'ils soient tout les deux de la même race ? Ou alors le moment interminable qu'il avait passé sur ce toit ?
    Fallait dire, cette fille n'était pas ce qu'il y a de plus passionnant, bien qu'elle soit agréable à regarder.

    Il fit alors coucou à la jeune fille, tapotant la chaise à côté de lui, d'un sourire niait et taquin.

    La pauvre petite affrontera le pire, non, le pire du pire: Vladimir Malchiderizeck.

    Il allait soudainement aimer les maths, surtout avec le coup qu'il lui avait fait.


- Coucou beauté. ♪ dit-il avec une voix nonchalante, remplie de sarcasme.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

       

J'écris en #4ce7ca
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maria Murasaki

avatar


MessageSujet: Re: Vous pouvez aller vous asseoir à côté du délinquant aux cheveux décoloré, au fond. [PV Maria Murasaki]   Dim 1 Fév - 10:20

Non mais sérieusement, pourquoi vouloir me changer de classe ? Cela fait un bon moment maintenant que je suis arrivée dans cet établissement, ils m'avaient mis chez les seize ans parce que c'est l'âge que l'on me donnait, alors s'ils s'étaient trompés tant pis ! De toute façon n'avait-il pas compris que je n'assistais à aucun cours ? Alors une classe ou une autre, ça ne faisait pas une grande différence.
De plus, j'étais une vampire, mon rapport avec l'âge était donc bien différent des autres.
Que je m'explique ? Tout de suite !

Il y a peu de temps, une fille de ma classe est venue me trouver, je crois que c'était la première fois que je la voyais, ou du moins que je lui parlais. Elle avait été envoyé par notre professeur principal pour me prévenir que je ne resterais pas dans cette classe plus longtemps -certainement pour sa plus grande joie. Il n'avait pas pu me le dire en face tout simplement car je n'allais pas à ses cours. La petite élève me remit donc un papier officiel qui m'expliquait tout en détail.
J'allais être placé dans la classe au dessus par rapport à mon âge. Quand avaient-ils décidés que je faisais plus de seize ans finalement ? Enfin bref, je dus retourner remplir des papiers inutiles, car en l'absence de responsable légal je devais tout gérer. Trois mots pour décrire cette situation : longue, inutile et lourde.
De plus, j'allais être obligée de me rendre à mon premier cour, car on m'y accompagnait. Quelle horreur. Et franchement, combien y avait-il de chance pour que ça tombe sur un cours de maths ? Je ne supportais pas les maths ! Je ne comprenais même pas ça ! Malédiction.
Enfin bref, me voila face à la porte. J'avais essayé de fuir le surveillant plusieurs fois, mais rien à faire. Il ne me laissait pas m'éclipser.
Si j'étais anxieuse ? Sérieusement, pourquoi aurais été je anxieuse pour ça ? Les gens sont décidément trop crédule. Je ne faisais que rejoindre une nouvelle classe.
J'entendis à moitié le discours du professeur à travers la porte, et de toute façon je n'essayais pas de l'entendre. Le surveillant remarqua que je n'allais pas bouger m'ouvrit la porte, et un sourire malicieux étira mes lèvres. Esclave. Le prof finit de la présenter ainsi puis, quand les pseudos présentations furent terminés, il m'invita à entré et à rejoindre une place dans le fond, la seule de livre apparemment. Un délinquant aux cheveux décoloré ? Mon regard se porta donc vers lui, intriguée.
Non... décidément j'étais réellement maudite. Déjà que je devais me farcir une heure de cour, en plus je devais supporter la compagnie de ce traître.

Bien que ce fut maintenant depuis un certain temps, je l'avais rencontré à mon arrivé, et ce n'avait pas été la plus belle rencontre que je puisse faire. Je me rappelle que nous avions parler de tout et de rien, je m'étais même demandé ce qu'il allait devenir à mes yeux.
Maintenant je savais : je ne l'aimais pas.

Mais c'était la seule place. Pourrais je resté debout ? Certainement pas. Je m'avançai donc vers lui, tandis que rayonnant, il me saluait et tapotait la chaise près de lui, comme si ces retrouvailles l'emplissaient de bonheur.
Je m'installai donc sur la place indiquée précédemment par le professeur.

- Coucou beauté. Siffla-t-il finalement.

Soudain la stratégie à adoptée était clair et je dus retenir mon habituel sourire malicieux, à place je me tournais vers lui avec un sourire innocent et sympathique, prenant l'expression la plus anodine que je pouvais.

- Salut, enchantée de faire ta connaissance nouveau voisin.

Quelle était cette stratégie ? Oh, je voulais simplement le laisser croire que je ne le reconnaissais pas, que je l'avais totalement oublié. Pourquoi lui montrer qu'il m'avait marquer ? Ça le flatterait sans doute plus qu'autre chose.
Puis sans lui offrir plus d'attention je me mis à sortir mes affaires. Euh, un stylo et une feuille blanche évidemment, où je comptais tout écrire, sauf ce qu'allais dire le prof. Est-ce que j'espérais que mon nouveau voisin allait me laisser tranquille ? Non, loin de là, j'espérais qu'il allait me distraire pendant cette heure qui s'annonçait ennuyante. Et puis, comment allait-il prendre mon oublie et le peu d’intérêt que je portais à notre rencontre précédente ?

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vladimir Malchiderizeck
Si Dieu existait, ce serait moi.
avatar


MessageSujet: Re: Vous pouvez aller vous asseoir à côté du délinquant aux cheveux décoloré, au fond. [PV Maria Murasaki]   Dim 1 Fév - 18:17

- Salut, enchantée de faire ta connaissance nouveau voisin. 

    Le jeune délinquant sentit un froid s'installer, il ne pensait pas qu'elle l'avait oublié. Il lui a foutu dans le merde, et lui avait incontestablement ennuyée. Il était absolument impossible qu'elle l'oubli. De plus, des gars avec des cheveux blanc et des yeux turquoise comme il a, ça cours pas les rues. Alors pourquoi ? Ou plutôt, comment ? Avait-elle été victime d'un lavage de cerveau ? Serait-ce un coup de la NSA ? Des Illuminatis ? Le vampire se questionna.

    De plus, même si elle ne le reconnaissait pas, pourquoi sortait-elle une phrase digne de Flanders dans les Simpsons ? Il l'a voyait tout de même un peu moins niaise que ça. Aller-t-elle commencer à prier en plein milieu du cours ? Ce serait tout de même étrange, pour une vampire.

    L'adolescent restait sceptique face à elle. Cette vampirette avait néanmoins trouvé le meilleur moyen de le perturber. Pour un garçon qui est plutôt connu dans l'école, et même des gens qu'il ne connait pas le connait, il a de quoi être choquée. Elle aurait au moins pu entendre parler de lui ! Même le professeur avait bien souligner son côté délinquant.

    Mais il ne fallait pas qu'il montre à quel point il était perturbé, c'était un piège. Jouer l'ignorance ? Bien évidement. Le vampire n'allait pas se laisser avoir comme ça, il n'était pas né de la dernière pluie.
    Il allait devoir être ingénieux face à l'ennemi qui profite vraisemblablement du temps.
    Peut-être que Vladimir lui aurait manqué et, vexée, elle a décidé de faire comme-ci elle ne l'avait jamais connu. C'était tout à fait une réaction très féminine. Si elle l'aime tant que ça, elle aurait pu simplement se réjouir.

    Vladimir ne pouvait pas concevoir qu'elle l'avait réellement oublié, pour lui, c'était impossible. De la fiction !


- Mais oui, c'est ça, fais la tsundere qui est vexée. J't'ai manqué c'est ça ? Tant que ça ? dit-il, un sourire narquois.

    La vampire ne se laisserait pas abattre comme ça, voyons.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

       

J'écris en #4ce7ca
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maria Murasaki

avatar


MessageSujet: Re: Vous pouvez aller vous asseoir à côté du délinquant aux cheveux décoloré, au fond. [PV Maria Murasaki]   Lun 2 Fév - 0:06

Après que j'eu feint l'oubli total de ce vampire enquiquinant un silence s'installa entre nous, je me mis à griffonner des trucs sur ma feuille, n'étant pas la plus grande artiste au monde, je me contentais de faire des petits personnages amusants, un peu comme dans les pubs freedent, les petits aliments trop mignons qui se font malmenés.
Après quelques instants je risquais tout de même un regard dans la direction de mon voisin, qu'il ne remarqua pas de toute évidence. Il semblait plongé dans un trouble profond, je jubilais intérieurement tandis que la voix monotone du professeur rythmée les minutes, parfois interrompue par un élève. Pour moi ils parlaient une autre langue, c'était plus comme un bruit de fond que comme des voix. Ça sonnait un peu comme la musique Chacarron macarron dans ma tête, un gros amalgame de parole sans sens ni signification.

Enfin bref, je m'ennuyais moi et l'autre sang-sue ne parlait plus, certainement tourmenté par le fait que je l'ai oublié. Non mais sérieux, ça faisait quoi ? Presque un an ? J'aurais très bien pu l'oublier, passer à autre chose et réellement ne pas le reconnaître. D'ailleurs pourquoi avais je garder son visage et notre rencontre plus que banale dans mes souvenirs ? Parce qu'il avait été le premier élève à qui je parlais ici, oui c'est une bonne raison. On va dire ça.

- Mais oui, c'est ça, Dit-il subitement, me tirant de mes réflexions, fais la tsundere qui est vexée. J't'ai manqué c'est ça ? Tant que ça ?

La tsundere ? C'était pas un terme de manga ça ? Bah, certainement. Mais n'était-il pas trop sûr de lui là ? Comment aurait-il pu me manquer, à cause de lui j'avais frôler la catastrophe !
Et puis, malheureusement pour lui, j'adorais jouer la comédie, et j'étais plutôt douée pour ça. Oui, j'avais un peu changée depuis ma première rencontre avec lui. Enfin, je dirais que j'étais légèrement moins naïve et crédule. Et également plus taquine.

Je me tournai donc de nouveau vers lui en prenant un air confuse, le dévisageant comme si j'essayais de me souvenir de lui alors que le souvenir de son visage souriant quand il signalait notre position aux surveillants qui me cherchaient était incrusté dans ma mémoire.Traître était le mot que je trouvais le plus approprié à ce personnage là.
Puis je pris un sourire contrit, secouant doucement la tête en signe de négation.

- Je suis vraiment désolée mais je n'ai pas l'impression de te connaître, tu es sûr que tu ne me confonds pas avec quelqu'un d'autre là ?

Hum, oui, je comptais le torturer encore un peu. Pas longtemps, mais suffisamment pour profiter du trouble où je le plongeais. Je m'en délectais, pas vraiment comme une vengeance car ce n'était pas assez fort à mon gout pour en être une. Je préférais atteindre une bonne occasion pour me venger de lui. Une occasion en or.

- C'est pourtant rare que j'oublie les gens ou alors il faut vraiment qu'ils soient inintéressants...

Cette dernière phrase avait été dite avec une voix totalement désinvolte, comme si je ne cherchais pas à le provoquer en disant ça. Alors que c'était le cas.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vladimir Malchiderizeck
Si Dieu existait, ce serait moi.
avatar


MessageSujet: Re: Vous pouvez aller vous asseoir à côté du délinquant aux cheveux décoloré, au fond. [PV Maria Murasaki]   Mer 11 Fév - 18:31

- Je suis vraiment désolée mais je n'ai pas l'impression de te connaître, tu es sûr que tu ne me confonds pas avec quelqu'un d'autre là ?

    Le jeune vampire se sentit d'un coup seul, il commençait de plus en plus a hésiter. C'était impossible, il ne l'avait quand même pas imaginée ? Il n'était pas fou à ce point.
    Il se pinça vite-fait. Ce n'était ni un cauchemar, ni un rêve.
    Même si le fait qu'il soit en plein cours de maths rappelait plus le cauchemar que le rêve.

- C'est pourtant rare que j'oublie les gens ou alors il faut vraiment qu'ils soient inintéressants...

    Cette garce ...
    Ça lui plaisait de remuer le couteau dans la plaie, elle en prenait même un réel plaisir.
    Vladimir se sentait vite agacé par ce petit manège, il y aurait cru si elle n'avait pas rajouté cette petite conclusion, histoire de l'énerver encore plus.

    Le jeune homme regretta tout de suite d'être en cours, sinon Dieu sait ce qu'il lui aurait fait pour cette boutade.
    Il s'avança prêt de cette vulgaire menteuse, un sourire taquin aux lèvres. Si elle voulait jouer à ce jeu-là, il allait rentrer dans son jeu, mais à sa manière.

    Il fut assez prêt pour pouvoir observer les moindre détails de la brunette.

    Le jeune homme resta quand même vigilent, il n'avait pas envie d'être réprimandé ou viré de cours, ça ôterait tout l'amusement qu'il éprouve à cette heure. Il allait peut-être commencé à aimer les mathématiques, grâce à sa nouvelle voisine.
    Cette petite vampirette de basse-cour aller surement vite devenir le jouet préféré du sadique.

    Il regarda autour, voyant que le professeur lançait quelques regards aux deux sang-sue: il n'aimait pas les vampires ? Au cas où, il pourrait faire croire ça au proviseur si il se retrouvait collé ou viré.
    Ce garçon était décidément une ordure.

    Puis, son regard se reporta à nouveau vers Maria. Il l'avait laissé assez marinée, il était temps pour lui de commencer à se foutre de la gueule de la petite, de la manière qu'il préfère qui plus est.


- Ah oui, pourtant je reconnaîtrais ta voix entre mille. Faut dire que tes petits cris cette fois-là était très plaisant. dit-il s'empêchant de mourir de rire sur sa table, laissant alors afficher un grand sourire.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

       

J'écris en #4ce7ca
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vous pouvez aller vous asseoir à côté du délinquant aux cheveux décoloré, au fond. [PV Maria Murasaki]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Vous pouvez aller vous asseoir à côté du délinquant aux cheveux décoloré, au fond. [PV Maria Murasaki]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vous pouvez pas me taper, j’ai des lunettes. || SKYLER
» MR. HRM Ҩ je vous déclare maintenant mari et femme, vous pouvez actualiser vos statuts facebook.
» vous allez devoir vous passer de moi quelques temps :p
» Vous n'avez pas les os en verre, vous pouvez vous cogner à la vie ! - Edward Bird
» Ismaël, pour vous servir !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
¤ INTERNAT NOZOMI ¤ :: Premier bâtiment :: Salles de classes :: Salle de Mathématiques-
Sauter vers: