Partagez | 
 

 Jingle bells, jingle bells ; jingle all the way ♪♫ [PV : Vladimir Malchiderizeck]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Jingle bells, jingle bells ; jingle all the way ♪♫ [PV : Vladimir Malchiderizeck]   Mer 3 Juil - 18:22

Une âme en peine marchait dans le silence ; 1er décembre.

A chaque seconde dans le monde, une personne pleure, une personne rit et sourit, une autre meurt...A chaque seconde dans ce monde, tout change, tout évolue. L'évolution est une chose qui peut être rapide ou très lente. Est-ce qu'un battement d'aile de papillon peut déclencher une tempête à l'autre bout du monde ? Les réflexions lourdes d'un jeune blond, marchant à pas lents sous la neige annonçant un noël radieux pour les enfants. Vêtu d'une tenue propice à cette saison, cette silhouette se trouvait être emmitouflée dans un pull de laine couleur crème où deux pompons au bout de fils se faisaient un plaisir de danser au rythme de ses pas ; un tee-shirt simple et noir dessous pour ressentir encore plus de chaleur, le vêtement se terminant au milieu de ses cuisses où on voyait débuter un pantalon blanc arrêté par une paire de bottes en cuir de même couleur que le pull montant à la moitié des mollets.

C'était dans cette tenue que vagabondait notre hérisson national, d'un air morne et désemparé qui se voulait déprimé. Toujours, quand il était plus jeune, le blondinet fêtait noël avec sa famille ; son père, sa mère, sa sœur et son frangin. Mais là, sans les deux damoiselles, dans son cœur régnait un manque infernal qui le rongeait...S'asseyant sur un banc, il sortit un carnet où il avait l'habitude de noter des choses dont il aurait aimé faire part à sa chère et tendre mère ou son amour de sœur, alors il débuta avec des mots lourds, sincères, mélancoliques, au fond il les aimaient ces demoiselles, et tout au fond il avait honte de ses actes ; alors le jeune commença à relire un passage qu'il avait écrit il y a quelques mois...

« Abby...Je ne sais plus depuis combien de temps tu es partie, depuis combien de temps nous n'avons pas parler, ce sourire qui me manque, à la place ce visage endormi qui me glace ; c'est infernal. Combien de temps je pourrais vivre dans la souffrance en me disant que je suis responsable de l'inertie de ta vie depuis quelques années. C'est bientôt Pâques et encore une fois Luka ne cesse d'essayer de me remonter le moral, et Ulrich...Enfin...Papa ; je le trouve de plus en plus bizarre...Maman doit certainement lui manquer beaucoup...Trop même...La douleur du manque le rend mal, plusieurs fois j'ai senti son corps contre le mien sans que rien ne se passe ; bien sûr parce que je me défendais, mais je commence à prendre peur...Moi qui suis un imbécile reconnu pour mes frayeurs constantes, ce n'est pas étonnant...Si ? Enfin je voulais juste... »

La dernière phrase fut recouverte de larmes, faisant suinter l'encre et rendant la lecture impossible...Effacer ces souvenirs, il est très difficile de construire quelque chose, mais si facile à détruire que ça en devient tout bonnement déprimant à mourir...Le cœur de l'adolescent se serrait, il y a quelques mois, ce dernier à rencontré une personne...Merveilleuse sûrement, peut-être une personne qui un jour pourra le comprendre. Bien sûr, rien ne lui à été confié, juste peut-être un coup de poing ; et un baiser. L'avoir embrasser de la sorte...Le blond se retrouvait perturbé à penser à ça. Il secoua la tête, venant pencher la tête en arrière, les larmes perlant doucement sur ses joues, s'adossant au dossier en y posant ses bras, il soupira ; ressentant les flocons se déposer sur son visage. Foutue journée...Le papier écrit tantôt fut chiffonné et jeté contre un arbre, quelle ironie...

En attendant, notre Sonic national se releva d'un coup, essuyant ses larmes en pensant : « Pourquoi me mets-je dans des états si pitoyable ? » ; la respiration lourde, il quitta le jardin de l'établissement pour aller arpenter les rues d'un air morne, presque dépressif qui montrait une certaine fatigue dû à des insomnies répétées. Son état semblait lamentable, alors il tenta de gratter dans sa mémoire les meilleurs souvenirs qu'il pouvait avoir...Ce baiser ? Cela le fit sourire, et dire que ça s'était fait si soudainement que celui-ci ne revenait même pas de son acte. Peut-être qu'un jour ils deviendront ennemis, peut-être tomberont-ils amoureux ou peut-être même seront-ils rivaux ? Rien ne dicte l'avenir, et c'est bien navrant de ne jamais savoir ce qui nous attend au bout du carrefour d'en face ou même en bas du couloir que nous empruntons tout les jours depuis des années. Et pourtant ce lassant quotidien nous fait vivre au jour le jour dans un haletant suspens qui crée peur, joies et surprise...

Marchant vite, le jeune homme s'enquit d'entrer dans le parc, faisant craquer à cause de l'air compresser, la neige qui émettait un bruit fort amusant. Mais Kenneth souriait tristement, sa sœur adorait la neige...Sa sœur pour lui était un bijou, une princesse, une véritable perle méritant d'être dévoilée au grand jour dont il avait gâché la vie, pourtant il se forçait à sourire, à quoi bon pleurer alors que c'est de sa faute ? Un long soupire disparut d'entre ses lèvres, se les léchant pour les humidifier par ce froid qui commençait à faire gercer sa bouche. Et plus loin un arbre nu semblait danser de ses feuilles qu'il perdait au fur et à mesure de l'hiver, comme si l'opalin résidu glacé le déshabillait à la manière d'un perfide pervers. Enfin, il faudrait être bien tordu pour imaginer de la neige tenter de sauvagement violer un frêne, n'est-ce pas ? Le blond réfléchissait, avant d'entendre une douce musique...

Hey jingle bells jingle bells suzu ga naru
Suzu no rhythm ni hikari no wa ga mau
Jingle bells jingle bells suzu ga naru
Mori ni hayashi ni hibiki nagara

Cela le fit sourire, ça faisait étrange d'entendre cet hymne de gaieté adapté en japonais. Il remarqua alors un gigantesque sapin d'une couleur verte chatoyante décorée par de nombreuses guirlandes et décorations en tout genre, la grande étoile juchée sur le haut telle une reine attirant un peu plus l'attention de Kenny que les autres décorations. Il resta un moment là, donnant un ou deux billets à un sans abri qui mendiait de façon très peu vêtue, celui-ci lui souhaitant un joyeux noël en le remerciant de sa gratitude. Enfin une bonne action pour le jeune hérisson, de quoi lui remonter un peu plus le moral. Enfin il n'allait pas se laisser dévorer par toute cette tristesse, bon sang c'était bientôt Noël il fallait qu'il se réveille. Du moins dans quelques heures, parce que le sommeil lui indiquait d'aller s'allonger sur l'un de ces bancs de pierre qui entouraient la grande fontaine gelée en face, ce qu'il fit donc.

Et là s'en suivit un rêve...Un rêve bizarre avec des licornes et une « Candy Mountain »...



Kenneth fut tiré de son rêve par une personne, apparemment le hélant, peut-être parce qu'il commençait à ressembler plus à un bonhomme de neige qu'autre chose. Il fut long à sortir de son sommeil, rouvrant lentement les yeux pour apercevoir ses mains recouverts d'un manteau neigeux, qu'il secoua, suivi de son corps pour se défaire de l'emprise de la froideur, se relevant tout bonnement pour apercevoir un albinos, papillonnant des yeux, il lui paraissait être de son établissement et bizarrement, sa tronche lui disait quelque chose, bien étrangement d'ailleurs...

- "Charlie ?"


Dernière édition par Kenneth C. Larswell le Jeu 4 Juil - 11:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Vladimir Malchiderizeck
Si Dieu existait, ce serait moi.
avatar


MessageSujet: Re: Jingle bells, jingle bells ; jingle all the way ♪♫ [PV : Vladimir Malchiderizeck]   Mer 3 Juil - 21:22

Qu'avait-il fait pour mériter ça ? Lui, un grand vampire meurtrier et feignant, aussi populaire pour sa froideur et sa beauté, mais si seul par ses nombreux meurtre. Mais que pouvait-il y faire, si il était un vampire, il 'allait pas le nier pour ainsi ivre moins longtemps ? Le voilà à fêter Noël avec des gamins de sept ans et dans horrible costume de père noël. Vous vous demandez très certainement que faisait le pire des psychopathes déguisé en mythe religieux à discuter avec des enfants aux rêves ressemblant au monde des Bisounours. Enfin, discuter, le mot et fort. Car les enfants racontaient leurs cadeau de Noël comme La paix dans le monde, plus aucuns orages pour toujours et parfois même il voulait des oursons qui vivaient, mais Vladimir gâchait plus leurs rêves qu'autre-chose en dévoilant la dure réalité des choses. Ce qui avait pour résultat les pleurs des enfants dont leur innocence à été arracher par la simple phrase du vampire " La vie, c'est le sexe, dormir et bouffer". Enfin bref, pour le vampire, la vie était simple.


    Il n'y avait ni bien, ni mal. Le principe était dans ses trois actes aussi futiles qu'important dans la chaîne humaine, le vrai mal en vérité était surement le fait d'affliger un quotidien humain à un mort buveur de sang, quel foutaise. Mais revenons à nos moutons, nous voilà un jour de Noël, un jour de travail d'hiver pour le jeune vampire. Pourquoi travailler ? Car Vladimir avait une passion, la culture nippone, et Vladimir voulait aussi s'acheter ce coffret collector ont il rêvait tant, ça aurait été son cadeau de Noël, il enchaînait les petits boulot de manière subtile et rationnelle, sans jamais gagner grand chose malgré les hontes qu'il pouvait avoir, et ce jour venus, il avait enfin asse pour pouvoir se l'acheter, c'était une bénédiction pour le vampire de pouvoir enfin s'achetait cet album.

    Mais alors qu'il sortait du centre commercial, le voilà prit d'un violent coup de froid, il n'était pas assez chaudement habiller, il était en fin de compte obliger de se munir de ce stupide manteau de père Noël, c'était assez ironique pour un vampire avec une magie de glace d'avoir froid, mais il n'avait pas eu un long entrainement en sous-vêtement dans une montagne comme l'avait eu un personnage d'animé. Vladimir était donc dans l'impossibilité de se mettre en caleçon à tout moment, quel dommage. 

    Le jeune albinos décida de traverser par le parc, ainsi il rejoindra plus rapidement son internat sans se faire surprendre par quelqu'un avec ce manteau simplement hideux. Le froid le faisait claquer des dents, et la neige était si dure qu'il était quasiment impossible de marcher sans laisser craquer quelques morceaux de glaces. Les arbres morts laissant entrevoir leurs os de bois sont pudeur les rendaient effrayant mais en même temps magnifique avec leurs neige, ornant ce dernier bois, on pouvait encore apercevoir de la boue sous les pas d'anciennes personnes étant passé par là plus tôt, et plus il s'enfonçait dans le parc plus ses pas devenait visible. Rappelez-lui pourquoi il était aller dans le parc ? C'était surement une très mauvaise idée. 

    Mais non, en plein centre du parc, il ne vit qu'un mendiant qui dormait sur un banc, ce mendiant n'était-il pas un peu trop bien habiller pour ? D'ailleurs, cette silhouette semblait même familière. Le vampire alla se rapprocher, de toute façon  du corps, de toute façon c'était sur son chemin. Il se rapprocha d'ailleurs assez pour bien voir que c'était un étudiant de son internat, mais impossible de lui coller un nom dessus, il devait surement ne l'avoir vu que de loin. 

    Il avait l'air endormis ou peut-être mort. C'était d'ailleurs dangereux de dormir dans un froid pareil, ce garçon était surement fou. L'albinos secoua plusieurs fois le blondinet, tout en s'exclamant en continu.

    - Hey ! Oh toi, débout ! Heeeeeey, debout blondinet ! 

    Le vampire se retira de son manteau de père noël pour couvrir le blondinet, qui ne voulait pas se lever en dirais. Serait-il arriver trop tard ?
    Le jeune homme secoua encore cet inconnu, continuant à héler sans relâche ce "blondinet". 

    Soudain, le type daigna  ouvrir les yeux, rassurant de suite Vladimir qui commençait à vraiment s'inquiéter.

    « Charlie ? »


    Quoi ? Comment ça ? Qui était ce Charlie ? Vladimir ressemblerait à quelqu'un que ce type connaissait ? Mais qui ? Ou quoi ?


    Le vampire se releva rassuré, il n'était pas mort.


    - Nop', moi c'est Vladimir Malchiderizeck.


    A chaque fois qu'il disais son nom de faille, ça lui en jetait un froid. Ça lui rappelait tellement de souvenir douloureux, comme joyeux. C'était comme si un long poignard lui traversait le corps, mais alors pourquoi continuait-il à le dire alors ? Va savoir, peut-être pour ne jamais oublier qui il était avant cet affreux désastre qu'il gardera privé pour l'instant. 

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

       

J'écris en #4ce7ca
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Jingle bells, jingle bells ; jingle all the way ♪♫ [PV : Vladimir Malchiderizeck]   Jeu 4 Juil - 8:25

Cette âme précédemment en peine cligna des yeux...

Malchideri-quoi ? Oh et puis c'était joli, tant pis. Il lui sourit doucement, prenant sa veste en lui redonnant, histoire de ne pas lui abîmer. S'enflammant d'un coup pour sécher son corps et ses vêtements, vêtements qui bien sûr avaient été enchantés pour ne pas brûler, il secoua un peu les mains, les frottant l'une contre l'autre pour les réchauffer. Bien que son corps atteignait les quarante-sept degrés, le blond arrivait tout de même à ressentir une certaine fraîcheur envahir ses chairs qui, non seulement était désagréable mais en plus ramenait sa température corporelle à celle d'une personne moyenne soit environ trente-sept degrés. Ce qui étonnait le plus les médecins c'est que, quarante-sept ou trente-sept était équivalent pour le jeune homme et l'entre-deux ne représentait rien. Mais à la seconde, il avait froid alors bon...

- "Oh...Joli nom." Prononça-t-il en papillonnant des yeux.

Se relevant, l'adolescent s'enquit d'inciter ledit Vladimir à le suivre, prenant le chemin de l'internat, tranquillement, il pensait ; oui ça arrivait malgré la rareté de la chose. Ce nom...Il était russe ? Cela fit sourire un peu Kenny, d'un sourire doux et presque amusé, il avait déjà rencontré des russes, mais jamais d'albinos. Et jamais d'albinos russe, du coup ça en faisait quelqu'un d'assez spécial, non ? Et puis déjà il l'avait vu à l'internat, croisé peut-être. Sûrement ! Un long bruit sortit d'entre ses lèvres, du genre « Hmmmm...» et le jeune homme lança un regard à son compagnon de chemin :

- "Moi c'est Kenneth. Kenneth C. Larswell ! Mais tu peux m'appeler Kenny, parce que sinon c'est trop long..."

Le blond pensa la fin de sa phrase d'un élégant : « un peu comme ma bite » ; mais fallait pas déconner, pour quel genre de personne passera le hérisson après ? C'en aurait été presque gênant en plus, et puis ce genre de choses il les confiaient à Jun, ahah. Oh oui, ce Junsuke qui hantait les pensées de notre boule d'écharde, ce Junsuke qui se retrouvait dans ses rêves à lui faire de sauvages choses pas très catholiques, ce Junsuke qui le faisait ban-

Soudainement, l'intrépide Kenny vint casser le nez de sa joueuse à coup de poêle...

Désolé. Je reprends le contrôle parce qu'une imbécile semble ne pas comprendre que divulguer mon intimité courra à sa perte très prochainement. Donc, reprenons. Ce genre de confidences à ne pas confier à n'importe qui justement se retrouvaient tout simplement pensées, alors je tus cette phrase afin de ne pas passer pour quelqu'un que je ne suis pas, zut, en plus l'hiver n'équivalait pas la saison des amours ! Enfin, quoiqu'avec une certaine personne....Enfin. Je regardais le ciel ennuagé de gris, de jolis flocons tombant à la lenteur évocative de l'hiver, moi je n'avais pas froid, mais j'entendais les claquement de dents de mon voisin, ce qui me fit hausser un sourcil, n'avait-il déjà pas une veste, bien qu'un peu étrange elle restait une veste...

Je souris un peu, et puis tant pis, je croisais mes bras de sorte à attraper les deux bouts de mon pull de laine afin de le retirer, dévoilant la moitié de mon torse simplement par ce geste, remettant mes cheveux en place je lui tendis mon vêtement, tranquillement, d'un geste gentil, après tout pourquoi il n'en profiterait pas ? Je ne ressentais plus le froid depuis longtemps de toute façon, enfin je feintais souvent pour recevoir des câlins parce que se retrouver dans les bras d'une personne qu'on apprécie ça fait toujours du bien et ça « réchauffe » même si d'autres choses réchauffent aussi...Enfin ne nous éloignons pas du sujet. L'albinos me faisait un peu de peine à claquer des dents, et comme je n'étais pas d'une nature grandement égoïsme, je ressentais le besoin de l'aider...


- "Tiens, garde-le jusqu'à ce qu'on arrive, tu sembles avoir froid."

Pour ma part, je me retrouvais simplement en débardeur, ce qui me tenait nettement moins chaud mais je m'en fichais un peu. Regardant mes ongles, je m’aperçut avec un certain dégoût que mon vernis s'était écaillé et qu'en plus l'un d'eux c'était de moitié cassé ; comment j'avais fais ça, sérieux ? Émettant un bruit que l'on pourrait qualifier d'inhumain, j'échappais un juron de colère, ça faisait laid, c'était horrible, et en plus j'avais plus de dissolvant, la haine ! Je continuais quand même de marcher sans vraiment avoir laissé le choix au supposé russe, réfléchissant ; je m'enflammais pour me tenir un peu chaud, laissant la neige fondre tristement sur mon passage et marmonnait quelques brèves paroles quitte à paraître bizarre, mais me calmant la conscience à cause de mes doigts...Foutu vernis.

Et en plus ce parc qui n'en finissait pas, je l'avais toujours dit, ce truc était immense et aux vus de la situation quasi-frigorifiée de l'élève qui m'avait réveillé, si on rentrait pas vite, son nez allait indubitablement tomber, et on pourra ainsi le nommer « tu-sais-qui », semblablement au Seigneur des Ténèbres dans ce très célèbre roman de J.K Rowling. Mais pourquoi je pensais à ça, bordel on était perdu...Dans un parc ! C'était ridicule ; je fixais mes bottes, silencieux...


- "Heu...Maintenant je te suis, hein ? " Lui adressais-je en clignant des yeux.

[HRP : Désolée d'avoir un peu négligé ce post, panne d'inspiration - 850 mots tout rond.]


Dernière édition par Kenneth C. Larswell le Jeu 4 Juil - 17:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Vladimir Malchiderizeck
Si Dieu existait, ce serait moi.
avatar


MessageSujet: Re: Jingle bells, jingle bells ; jingle all the way ♪♫ [PV : Vladimir Malchiderizeck]   Jeu 4 Juil - 17:09


    Ok, un gars qui brûle son corps en entier sans pour autant se brûler, puis qui se déshabille pour ainsi se retrouver en débardeur en plein décembre sans même montrer qu'il a froid, tout ça est tout à fait normal.

    Mais pourquoi Vladimir cherchait la normalité ?! Il est un vampire, dans un internat où les humains sont interdit, et où la magie règne en maître. Il n'y avait plus à chercher de normalité, il y en avait plus dans le monde où il vivait. Maintenant ce qui n'était pas normale c'était que Vladimir, contrôlant la magie de glace, ait froid. Ça, c'était étrange. Et plus il y pensais, plus ça lui semblait bizarre. Mais commençons du début.

    Le vampire marchait derrière l'hérisson, qui se présentait sous le nom de "Kenneth" ou plutôt " Kenny".

    - Bah appelle-moi Vlad' alors, c'est plus classe je trouve.

    De plus que Vlad faisait très vampire, à croire que sa race était toute faite pour lui. Ou alors il était tout fait pour sa race, va savoir. Le vent commençait à souffler de plus en plus fort, et refroidissait littéralement le vampire, qui commençait à claquer des dents de plus en plus fort. Bon dieu comme ce manteau ne servait à rien. C'était qu'une stupide décoration, en dirais. Le hérisson avait bien remarqué que le vampire caillait sa maman et décida de lui offrir son haut, laissant voir sa "musculature" à toute la ville. Vladimir serait tomber sur un fou ? Il en avait bien peur ... Le blondinet tendis son haut au vampire, puis continua son chemin forçant alors ce dernier à le prendre.

    Il aurait pu le laisser dans la neige, vu que visiblement Kenneth n'en avait pas besoin. D'ailleurs, le vampire n'en croyait toujours pas qu'il avait brûler son corps entier et qu'il était toujours en bon état, c'était comme ci cette affirmation ne voulait pas être confirmée. Et ça stressait un tant soit peu l'albinos. Voir même énormément.
    Le vampire regarda le haut. " Il est sérieux là ? Il veut que je mette ça ? Préfère crever. pensa-t-il, haussant un sourcil interrogateur. Jamais, ô grand jamais il ne mettrait ce haut, ce n'était pas dans le style du vampire et il se taperait juste une honte absolue à son avis.

    Quoique le manteau de père noël n'était pas trop mal, niveau honte.

    Mais qu'importe, il ne le mettra pas point barre, et il hésitait même à jeter ce haut à la figure du blond en criant un "Rhabille-toi, imbécile !", mais ça ressemblerait un peu trop au geste d'un mère bien vaillante et quelque peu violente.

    Puis soudain, pendant leur marche, Kenny se retourna, clignant des yeux.

    - Heu...Maintenant je te suis, hein ?

    Il est sérieux là ? Sérieux, genre vraiment sérieux ?
    Cet idiot ne savait plus ou aller, ou quoi ? Mais c'était quoi comme genre d'imbécile ? Genre vraiment blond ? Mais ne le critiquons pas, car Vladimir n'en avait aucune idée aussi. Et il voulait passer par là en pensant que ce parc n'était pas si grand, mais quel abruti.
    Bien sur, Vladimir a une dignité et fera comme-ci il le savait jusqu'au bout. Il passa devant le blond, en profitant pour lui rendre le haut sans trop lui donner le choix comme il l'avait fait plutôt, et déclara, sans même le regarder.

    - Suis le boss.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

       

J'écris en #4ce7ca
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Jingle bells, jingle bells ; jingle all the way ♪♫ [PV : Vladimir Malchiderizeck]   Jeu 4 Juil - 18:29

Son haut lui fut rendu, et il esquissa un sourire, presque moqueur. Alors c'était sur ce genre de mec qu'il était tombé ? Le genre de gars à l’orgueil tant sur-dimensionné qu'il préférerait mourir que de se vêtir plus chaudement parce que soit disant ça en deviendrait une atteinte à leur virilité ? Kenneth échappa un rire discret et involontaire, équivoque. Ce qui paraissait être un rire inoffensif était en réalité de la moquerie pure, ce type de personnes le faisait rire, c'était complètement ridicule. Enfin de toute façon, d'habitude, le hérisson n'avait pas matière à se moquer tellement des gens car il eut bien vite compris que certains, ne le prenant pas réellement bien, connaissait l'expression : « péter le nez à quelqu'un » ; tant de fois Kenny s'était retrouvé le nez en sang après avoir tenté de se moquer gentiment de quelqu'un...Enfin.

- "Suis le boss" Prononça tout simplement l'autre élève.

Un nouveau petit rire, espérant tout de même que le russe ne l'ai pas entendu, parce qu'aujourd'hui n'était pas le jour convenu pour finir à l'hôpital, enfin dans un sens, si ; mais lui venait en tant que visiteur et non en tant que patient d'habitude. Alors il se contenta de faire dans la discrétion, se cachant derrière le col de son pull qu'il avait revêtit il y a quelques minutes de cela. Kenneth soupirait longuement, le suivant donc avec la lassitude d'un paresseux en plein soleil.

- "J'en vois pas ici, alors j'vais tout simplement te suivre, Russian."

Il pensa à quelque chose : le jeune homme devait passer chez le fleuriste, évidemment, le moment où il ne fallait pas parce que ce dernier avait décidé de s'amuser...Tant pis, Kenneth ira plus tard et c'est tout. En attendant, les claquements de dents de Vlad' le faisait sourire, était-il bête au point de se laisser crever de froid ? Le blond roula des yeux, lui de toute façon était au chaud, et tirera volontiers le cadavre de la chose frigorifiée à côté de lui jusqu'à un faussée si ses prévisions deviennent effectives.

- "Si tu veux, quand tu mourra de froid, je te tirerais dans un coin histoire qu'on dise pas que je t'ai tué, d'accord ?"

L'adolescent prononça cette phrase d'une aisance à en faire presque peur, lui qui d'habitude était plutôt timide, ce genre de personnes l'agaçaient vaguement et il n'allait pas se gêner pour leur faire ressentir toute l'amertume qu'il ressentait à propos d'eux, enfin, il ne le connaissait pas alors valait mieux ne pas trop juger les gens qu'on ne connaissait pas, ce dernier l'avait déjà fait, et au final s'était bien planté. Mais on connaît tous la suprême intelligence de Kenneth presque aussi logique qu'une division par zéro. Plongé dans de somptueuses réflexions, le blondinet se questionna sur le pourquoi du comment le supposé vampire – Parce que cet énergumène semblait avoir des gènes de Dracula – s'était retrouvé sapé en père Noël ; des êtres maléfiques comme celles-ci pouvaient être religieuses ?

C'en était un peu bizarre, et cela lui semblait totalement insensé à vrai dire, alors le jeune homme se contenta de fixer le ciel à la recherche de réponses, comme si un nuage pouvait à tout moment passer et changer de forme pour lui annoncer le pronostique : « Oui, les vampires peuvent être catholiques ! T'imagines ? On verra quoi plus tard ? Le diable en prêtre ? » Ahah. C'est vrai, peut-être que cette fois les enfants éviterons de façon raisonnée de s'asseoir sur ses genoux. Enfin, cette blague était de bien mauvais goût, je l'avoue. Mais je m'égare, Kenneth pensait, alors plutôt que de faire des suppositions bêtes et peut-être fausses, il préféra ouvrir – encore – sa gueule, quitte à se prendre un coup de poing :

- "Tu es un vampire ?" Prononça-t-il, songeant vaguement.

[HRP : Oui Kenny se tape une barre parce que Vlad' fait le mâle, normal.]
Revenir en haut Aller en bas
Vladimir Malchiderizeck
Si Dieu existait, ce serait moi.
avatar


MessageSujet: Re: Jingle bells, jingle bells ; jingle all the way ♪♫ [PV : Vladimir Malchiderizeck]   Ven 5 Juil - 17:22


    - "Si tu veux, quand tu mourra de froid, je te tirerais dans un coin histoire qu'on dise pas que je t'ai tué, d'accord ?"

    Ce Kenny était la bonté elle-même, si touchant avec avec ses demandes plus au moins glauque et son sourire a l'aise. Vlad avait bien compris que visiblement, il ne plaisait pas à ce garçon, mais de toute façon il ne plaisait à personne et ne cherchait même pas à plaire. Sinon il serait à la place du petit chien, attaché au poteau avec cet air triste un peu plus à droite de là où ils étaient. Le vampire ne voulait en aucun cas être à sa place, d'ailleurs il ne voulait pas que ce chien reste là aussi et ignora complètement le blondinet pour relâcher le pauvre petit dobermann qui avait cet air si triste. Après tout, c'était Noël il fallait savoir rendre service. Même si Vladimir avait juste l'intention de s'acheter un coffret collector, le voilà avec un chien et un blondinet dans les pattes.

    Bon enfin bref, qu'est-ce qu'il faisait ? Ah oui, il libérait un chien de l'emprise d'un horrible poteau et ignorait royalement Kenneth, qui visiblement avait l'air bien chiant.
    Une fois revenu auprès du blond, avec un "petit et adorable" dobermann dans les bras, il vint répondre au sarcasme, un léger temps de retard après.

    - Je marquerais ton nom avec mon sang, maintenant que je le connais.

    Mais il avait déjà posé une autre question, il avait même demander si Vladimir étais un vampire. C'est sur qu'un type du nom de Vladimir faisait très vampire, mais c'était pas plus mal étant donner qu'il en était un.

    - Bingo, j'en suis un.

    Mais qu'importait le fait qu'il soit un vampire maintenant ? Ça lui passait vraiment au dessus de la tête et en plus, il ne voyait pas du tout pourquoi il devait en avoir honte. Les seules fois auquel il niait le fait d'être un vampire était à des fins stratégique, du moment que ça lui rapporte quelque chose au final. Sinon, il n'en voyait pas du tout l'utilité.

    Le jeune albinos caressait la tête du chien, ce dernier reconnaissant que le peu de bonté qui pouvait résider dans le coeur du vampire ait été pour le chien. Vladimir avait même idée de garder le clébard, après tout il n'avait pas l'air si difficile, et si Lou garde un fantôme de femme dans sa chambre, Vladimir pouvait bien garder un chien ça reviendrais au même.

     - Et toi, t'es censé être quoi pour pouvoir te carboniser comme tu l'a fait plus tôt ? Un briquet sur patte ?

    Vladimir riait de sa propre vanne, mais silencieusement. Ah, le nombre d'idioties qui pouvait passer par la tête du garçon, si une personne devait passer dans la tête du jeune punk, il serait surement atteint de trisomie 21 en y sortant. C'est que, Vladimir est légèrement un imbécile sur les bords.  

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

       

J'écris en #4ce7ca
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Jingle bells, jingle bells ; jingle all the way ♪♫ [PV : Vladimir Malchiderizeck]   Sam 6 Juil - 0:22


Kenneth s'arrêta en l'espace d'un instant, remarquant le canidé attaché au poteau, qui lui fit étirer une grimace de tristesse ; cependant, l'albinos sembla aussi compatissant que lui vu que celui-ci alla immédiatement détacher la bête qu'il prit ensuite dans ses bras en remarquant qu'elle le suivait. Le voyant revenir, le blond pencha la tête sur le côté en songeant vaguement à sourire, ce qu'il ne fit pas, ne sait-on jamais après tout, vu comment il l'avait snobé, sourire bêtement aurait été une preuve supplémentaire pour démontrer son indéniable imbécillité. D'un ton si gentil, Vladimir répondit à la quasi-attaque du hérisson en lui répondant avec un certain dégoût, sûrement :

- "Je marquerais ton nom avec mon sang, maintenant que je le connais."

Alors Kenny hocha la tête comme un con, n'ayant point compris sa phrase et ne voulant pas vraiment passer pour un débile auprès de cette personne qu'il n'appréciait pas vraiment, sitôt avait-il répondu qu'il lança une deuxième réponse en confirmant la thèse du briquet qui visiblement commençait à se perdre dans ses pensées ; bon sang, l'approche de Noël devait gélifier son cerveau au point de lui retirer toute facultés intellectuelles en fait. Mais il tentait de comprendre quand même, se résignant au bout de trente secondes et demi à peu près, le temps de se rendre compte que l'autre était déjà passé à autre chose alors que le cactus animal laissait voir un air complètement abruti et vidé de toute intelligence, ses yeux de merlan fris fixant le ciel avec incompréhension.

- "[…] carboniser comme tu l'a fait plus tôt ? Un briquet sur pattes ?"

C'est ce qu'il avait réussi à capter, mais cela semblait parler de lui, et c'est enfin là qu'il compris la première phrase de Vlad, ouvrant grand les yeux, papillonnant de ceux-ci comme étonné de sa propre débilité – Et de sa joueuse aussi, qui n'avait semble-t-il pas compris pendant plus de cinq minutes – réfléchissant quand même un peu avant de répondre, marmonnant de vagues choses sur ce que le hérisson venait de piger ; plongé dans ses réflexions, le thériantrope heurta malencontreusement une pierre dissimulé sous un tas de neige qui le fit s'éclater lamentablement contre le sol blanchit, ce qu'il le fit sursauter et bien entendu s'enflammer. Il resta comme ça une ou deux minutes – histoire de bien se repentir de sa maladresse toujours au rendez-vous – avant de se redresser, écorché à multiples endroits...Mais quel boulet celui-là.

- "Heu...Non, je suis un hérisson."

Il devait avoir perdu aussi un bout de son cerveau dans sa chute, sûrement échappé par son oreille tant le manque de matière grise le faisait souffrir. Sonic se releva, prenant sa tête dans ses mains en geignant quelques plaintes étouffées, la douleur prenaient ses fines blessures, tomber sur du béton ça faisait mal en fait...Kenneth frotta son nez d'un air contrit, en pleine réflexion, sa connerie semblait le dépasser un peu, lui avait-on fait boire quelques verres avant qu'il parte de l'internat, ou était-ce les regrets qu'il éprouvait vis-à-vis de sa famille qui le rendait indéniablement stupide ? Il soupira et se rendit un peu compte des choses que ce dernier avait dit. Regardant alors Vladimir avec un air un peu bête :

- "Hé...Désolé...Je voulais pas me moquer tout à l'heure, hein..."

C'était quoi ces excuses toutes pourries ? Le blondinet vint poser une main sur son visage, un saignement provenant de son nez lui faisant sentir le goût du sang sur ses lèvres, que ce dernier trouvait amer et étrange, à vrai dire sa race n'avait pas pour loisir de se restaurer grâce à cet étrange liquide qui coulait dans les veines des gens, et c'était peut-être par inexpérience qu'il disait que son sang était d'un goût dégueulasse, alors il songea, marchant, tranquillement, avant de tendre brutalement son poignet vers ce qui s'agissait être un vampire, parlant d'une voix presque intéressée en fixant devant lui, ne regardant même pas son interlocuteur :

- "T'as faim ?" Laissa échapper le métamorphe d'entre ses lèvres avant de jeter un regard à l'albinos.

Il devait être masochiste sûrement, et sa curiosité le tuera bien un jour. Si cela avait été un zombie, lui aurai-il demandé bien gentiment de déguster ses chairs simplement pour avoir un avis sur la saveur de ce qui recouvrait ses muscles et ses os ? Sur ce point là le blond battait des records d'arriération mentale, sincèrement, qui irait demander quelque chose d'aussi étrange à quelqu'un qui pourrait vous tuer ne serait-ce qu'en vous vidant de votre sang en l'espace d'une demi-seconde ? Ah...Oui...Il y avait Kenny bien sûr.
Revenir en haut Aller en bas
Vladimir Malchiderizeck
Si Dieu existait, ce serait moi.
avatar


MessageSujet: Re: Jingle bells, jingle bells ; jingle all the way ♪♫ [PV : Vladimir Malchiderizeck]   Sam 6 Juil - 4:38


    En voilà un animal, un vrai je veux dire. Car là où vivait Vladimir les seuls animaux qu'il voyait étaient empaillés ou décomposés. Oui oui, décomposé.
    De plus que le vampire aimait beaucoup les gros chien aux allures dangereuse, c'était cool comme bête bien qu'il fallait beaucoup de temps pour s'en occuper et beaucoup d'argent, mais ce n'était pas un dilemme pour le vampire il lui suffisait de racketter les Stars -la classe, hein- et de sécher les cours.

    C'était à ce demander comment le vampire était arriver jusque-là. D'ailleurs, pareillement pour le blondinet, qui visiblement avait complètement fait arrêter son cerveau, vu comment il avait hocher la tête devant la menace de l'albinos. Ce type était surement un idiot fini, et s'en était désespérant pour l'avide aux hémoglobines. Soudain, après la seconde phrase de Vladimir, Kenneth se vianda littéralement. Mais comme un boeuf. Pourrait-on être plus bête ? C'était vraiment une question où s'attarder, car niveau idioties, il était surement dans le livre des records 2013. C'était simplement incroyable d'être un boulet pareil. Heureusement qu'ils n'étaient dans une planque en Afghanistan, entouré par des terroristes musulmans muni de Kalachnikov. Car sinon, ils étaient cuit. Ou alors ils auraient eu tellement pitié de Vladimir - car il se trimbale un boulet pareil- qu'il ne tuerais que le blond et ferais du garçon leur Dieu et le nouveau Ben Laden.

    C'en serait même un peu trop jouissif pour être vrai.

    Le boulet se releva ensuite, blessé de partout. C'est que le béton ne l'a pas raté, et le vampire se demande même comment il aurait pu le rater.

    - "Heu...Non, je suis un hérisson."

    Un hérisson, mais oui, un hérisson ! Ça expliquait tout à fait le fait qu'il puisse être brûler comme un Dracofeu sans même souffrir et aussi être intact. Mais oui, ça expliquait aussi le fait qu'il n'hiberne pas en plein hiver, et qu'il n'ait ne serait-ce même pas un seul piquant sur son corps. Non, en faite, ça n'explique rien du tout, il avait même plus l'air d'un lamproie que d'un hérisson. C'était clair, ce type se foutait de la gueule de Vlad, et Vlad n'aime pas ça. Après tout, pour une fois qu'il était sérieux.


    - "Hé...Désolé...Je voulais pas me moquer tout à l'heure, hein..."

    Alors-là, c'était la meilleure, le voilà a s'excuser comme un bon garçon alors que plus tôt il prenait plaisir à se moquer de Vladimir. Mais bien sur, Vladimir est un gentil garçon et le fait que quelques vannes soient jeter comme ça pendant une première rencontre était plausible d'être - étrangement - bien prise. Surtout que quand il s'agit de sarcasme, ou plutôt de moqueries, Vladimir se classait assez haut dans la liste des plus fort.
    Il aurait bien voulu se passer de répondre à des excuses aussi futile qu'idiote, mais le blond pourrait alors croire qu'il était vexé, ce qui était tout, sauf le cas.

    - C'est rien, t'inquiètes. C'était amusant.

    C'est sur qu'il n'ira pas jusqu'à dire "marrant", comme ça ne l'était pas. Pour le vampire, chose mot avait sa signification, et une chose n'était pas marrante si il n'y avait pas rie. C'était évident, c'était comme ces gens qui marquaient "mdr" sur leurs claviers alors qu'ils ne riaient pas. C'était en partie du mensonge, et c'était mal. Quoique plus menteur que Vladimir, tu meurs.

    L' "hérisson" - on va dire qu'on le croit - se retourna ensuite, tendant son poignet au vampire
    , tout en disant cette courte et ridicule phrase d'a peine un sujet, un verbe et un microscopique complément.

     - "T'as faim ?"

    Et le pire du pire des pires, c'est qu'il souriait. Le vampire devait en pensé quoi ? C'était une invitation à l'assassiner impitoyablement en buvant la totalité de son sang, c'est ça ? Ou c'était juste un pari stupide qu'il s'était fait à son subconscient pour voir si il était brave et courage, ou tellement bête qu'il ne faisait même pas envie a un vampire affamé. Car oui, il était affamé. Ça faisait deux jours qu'il n'avait pas bu de sang, et ce dernier commençait à manquer vu comment ses forces diminuaient considérablement. Mais Vladimir était têtu, et il s'était presque - il avait décidé ça sur un coup de tête - qu'il ne boirait le sang que de la gente féminine, et si sa vue ne le trompe pas, Kenny est un homme. Quoique ce vernis à ses ongles affirmait plutôt le contraire, enfin il peut aussi être gay, le jeune homme n'a rien contre les homosexuels. Oui, rien du tout, c'était juste le blond qui l'agaçaient à être un boulet depuis sa chute. Et un masochiste quand on voit ce qu'il demande.

    -Non j'ai pas faim.

    Puis, c'est après ces quelques mots qu'un bruit ressemblant étrangement à un gargouillis se fit entendre, mettant de suite le vampire mal à l'aise et le rendant un cran plus idiot à mentir pour ça.

    Un peu plus, et on verrait Satan - c'est le nom de chien, nouvellement attribué - se moquer de son tout nouveau maître.


[Hors RP : J'sais pas pourquoi, avec toi j'compte les mots... 827, mon nouveau record ! *fière, ne gâche pas cette fierté. Vil toi.*]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

       

J'écris en #4ce7ca
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Jingle bells, jingle bells ; jingle all the way ♪♫ [PV : Vladimir Malchiderizeck]   Sam 6 Juil - 13:16


Le vent commençait à changer, étrangement...Pourquoi pensait-il inconsciemment à Jun ? Tout simplement l'être qu'il avait à côté de lui ne répondit qu'avec une réponse si brève qu'elle pouvait en paraître froide. Pourquoi refusait-il du sang si c'était un vampire ? C'était un peu comme mettre un pavé de viande devant un chien et se faire rétorquer un aboiement suivi d'une morsure, quel chien ferait ça ? Non, plutôt : quel vampire ferait ça ? Peut-être qu'il se privait parce que celui-ci le trouvait débile, il baissa son poignet. Des pensées fusaient dans les pensées de l'adolescent alors qu'un fort gargouillis se fit entendre, assez fort pour qu'il atteigne les tympans du hérisson du moins ; il songea un peu plus et ne fit pas de remarques. Étrangement, quelque chose rendait nerveux Kenny et des tics étranges commençaient à lui apparaître peu à peu...

Mais si vous savez, ce genre de tics que vous avez quand quelque chose vous perturbe, que vous santez quelque chose de grave arriver et que vous commencez à agir bizarrement ? Je parle bien de ces tics là, et le cactus vivant commençait à reprendre ses vieilles habitudes, peu à peu...Était-ce dû au fait qu'il parlait à quelqu'un qui n'était pas son potentiel amoureux ? Qu'encore ce dernier allait virer taré et s'enfuir ? Le blondinet passa sa main sur son visage et secoua la tête, quelle étrange situation après tout, le hérisson ne fréquentait que très peu les « autres » et supportait mal la compagnie si ce n'était pas son colocataire – Ouais c'est vrai, avec son coloc' c'est plus rapproché, ahah – mais c'était surtout dû au fait qu'il était monté comme une horloge retardée et que ses réactions commençaient peu à peu à se fragiliser, ce qui laissait toujours entrevoir un faciès peu enclin aux bons sentiments.

Alors il s'éloigna, de quelques pas sur la gauche étant donné que son camarade s'en retrouvait plus loin de lui. Et il fouilla dans sa sacoche – parce que comme un boulet j'ai oublié de préciser qu'il en avait une, honte à moi – pour y sortir son porte-feuille et chercher un truc à l'intérieur, avait-il oublier de faire quelque chose ? Sa mémoire s'était dissipé en l'espace d'une seconde et il trouva cette photo...Cette photo que le hérisson ne quittait jamais, cette photo d'elle, de lui et aussi de lui. Kenneth et sa fratrie réunie (cf. lien), sur un coup de panique il la rangea, et chercha son portable : 19h55

- "Mais quel con, putain !" Prononça-t-il en hurlant presque.

Le hérisson laissa tomber son portable avant de poser ses mains sur son visage, se baissant pour se recroqueviller au sol, les larmes aux yeux. Aujourd'hui il ne pourrait donc pas y aller ? Quel abruti ferait-il si l'adolescent ne ramenait pas de fleurs ? Il ne faisait même plus attention au vampire à côté de lui, trop absorber mentalement par sa propre connerie, dans cinq minutes le fleuriste allait fermer, et il était là comme un con à proposer son sang à un vampire, mais à part ça tout allait bien, hein ? Il prit quelques instants pour se calmer, le regard un peu triste et désemparé d'un coup ; Kenny était vraiment un grand lunatique, en fait...Sa réflexion le perdait et il se mordit les lèvres, doucement, déjà qu'il était écorché de partout...

Par une surdose de stress, le blond disparut littéralement, ses vêtements tombant et formant une bosse au milieu ; bien sûr qu'il n'avait pas disparu pour de bon. Un petit hérisson était maintenant sous ses vêtements, d'une taille moyenne, dans les couleurs brunes-beiges habituelles, des yeux bleus habituel mais étrange pour sa forme animale. D'un seul coup il se roula en boule, sur la défensive, déchirant ses vêtements en devenant une pelote d'écharde, son état se trouvait entre la déprime et le désespoir d'être aussi bête. Le jeune mammifère attendait...Attendait quoi ? Sûrement le départ de Vladimir, peut-être que quelqu'un vienne le rassurer, même si avec l'individu qu'il avait à côté de lui c'était couru d'avance pour qu'il continue à déprimer seul.

Soudain un aboiement venu du chien le fit sursauter, et s'enflammer, enflammant ses vêtements par peur, ne s'en rendant même pas compte, la neige fondant autour de lui, se retrouvant à griffer le béton, perturbé. Ses flammes s’éteignirent lentement et de ses habits ne restaient plus que des lambeaux à moitié brûlés, dévoilant l'animal qu'il était devenu et ainsi se retrouvant avec un clébard échappé en train de le renifler et tenter tant bien que mal de le poker du museau, ses piques empêchant d'aller plus loin, pourquoi avait-il prit cette forme déjà ? D'ailleurs, pourquoi prenait-il tout le temps cette forme lorsque le stress s'agglutinait dans son esprit ? Peut-être parce que penser dans cette état était plus facile, se sentant protégé dans sa prison de piques...Kenneth se fit pousser, restant sur le sol sans bouger...Il l'aura pas, non mais.

[HRP : 828 mots ♥]
Revenir en haut Aller en bas
Vladimir Malchiderizeck
Si Dieu existait, ce serait moi.
avatar


MessageSujet: Re: Jingle bells, jingle bells ; jingle all the way ♪♫ [PV : Vladimir Malchiderizeck]   Dim 7 Juil - 13:10


    Le blond commença soudainement à fouiller dans sa sacoche et y sortir son porte-monnaie, c'était à se demander ce qu'il pouvait bien avoir dans sa tête.

     - "Mais quel con, putain !"

    Le vampire recula d'un pas, était-il en train de se faire manger par un monstre des ténèbres qui lui rongeait de l'intérieur, ou est-il légèrement - complètement - fou ? En faite, la scène devenait assez bizarre car Kenneth commençait à se recroquevillé sur lui-même et enfin devenir un hérisson. Il avait aussi d'un seul coup flamber sous les flammes - bien sur il était encore bien en état, on parle de Kenny quand même.

    Ah, il ne mentait pas quand il disait être un hérisson.

    Le clébard n'arrêtait pas de fixer l'ancien blondinet, et c'était de même pour le vampire. Visiblement, il devait avoir un souci, et supposons que sous cette forme, Kenny ne pouvait pas lui expliquait ce qui devait bien se tramer là.

    - Y a un souci ? J'pourrais aider peut-être...

    Le vampire était nettement inquiet, et puis voir quelqu'un sombrer dans la folie était tout sauf réconfortant. Et puis Vladimir était quelqu'un de tordu et froid, mais il pouvait se montrer gentil de temps en temps même si cette personne n'était pas forcément dès plus gentille avec lui.

    L'albinos prit de nouveau son manteau de père noël, puis passa l'hérisson dedans. Faudrait pas que quelqu'un marche sur lui et le tue. Il l’enveloppa dedans et alla plus vers la forêt, oubliant les restes de vêtements cramer, de toutes façons ce n'est pas comme-ci qu'ils allaient servir plus tard.

    - Hey, tu veux pas reprendre ta forme humaine ? C'est bon j'te crois maintenant pour le fait que t'es un hérisson.

    Le vampire était surement le plus bête des vampires, inconscient de ce qu'il pouvait bien se passer dans la tête du gars. Et le pire, c'est que maintenant qu'il était sous forme de mammifère infesté de pique, il allait surement commençait à hiberner à cause du froid et ne se réveiller qu'au printemps, ce qui serais assez contraignant pour le vampire comme il sera considéré comme porté disparu et Vladimir jeté en prison car tout les doutes seront sur lui. Quoiqu'il était surement en train de se tourner un film, mais mieux vaut prendre des précautions, ce serait bête que tout soit vrai. Et chiant, qui plus est car la tenue des prisonniers n'était pas très stylé non plus.


[H.RP: 400 mot pile poil. eue Vas-y, fait moins pour voir. ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

       

J'écris en #4ce7ca
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Jingle bells, jingle bells ; jingle all the way ♪♫ [PV : Vladimir Malchiderizeck]   Mer 31 Juil - 8:26


Le hérisson se sentit soulevé, et le vampire lui posa une question. A vrai dire, de toute façon les visites à l'hôpital se terminaient aussi dans dix minutes, et ça déprimait Kenneth. Il eut un petit sentiment de remord, ne pas y avoir pensé ne le ferait pas passer pour un égoïste ? Bien sûr que non, mais notre Sonic national avait tellement de regrets puisque c'était de sa faute – Ca ne l'était pas forcément, mais Kenny est con alors on lui en veut pas –  qu'il se sentait obligé de leur rendre visite tout les jours. Jamais il n'avait oublié et chaque jours on pouvait entendre d'une des chambre de l'hôpital des pleurs douloureux que s’efforçait d'essayer de retenir le blond alors que ça lui était impossible.

- "Hey, tu veux pas reprendre ta forme humaine ? C'est bon j'te crois maintenant pour le fait que t'es un hérisson.

Il secoua vaguement la tête, répliquant d'une voix aiguë et animal :

- "Si je me transforme à nouveau j'aurais plus mes vêtements, la seule solution c'est que tu me ramène à l'internat, prononça-t-il, ou sinon m'accompagner à l'hôpital en moins de dix minutes !"

C'était sûrement impossible, sauf si le jeune albinos possédait le don de téléportation, ce qui serait bien sûr vaguement plus profitable. Au mieux il irait sans fleur, au pire il manquerait d'y aller et il aurait une insomnie. Le blond posa ses pattes griffues sur le poignet du suceur de sang, lui grattouillant doucement, finalement celui-ci était plus sympathique qu'il l'imaginait ; et bizarrement sa présence le calmait du fait qu'il avait prit une certaine douceur. En même temps ça avait dû l'étonner. Le hérisson le fixa de ses yeux ronds et entièrement noir, bougeant le museau en émettant une sorte de reniflement, l'être doté de piques sentait en Vladimir une certaine présence rassurante, ce qui à vrai dire n'arrivait qu'avec Jun.

Il aurait pu se sentir flatté tout de même qu'un peureux comme Kenny ne le prenne pas pour une menace, à vrai dire tout lui faisait peur ; il était constamment terrifié intérieurement que ce soit au niveau relationnel que tout autre domaine. Il hésita un grand instant à se remettre à parler à Vlad, peut-être avait-il peur de recevoir un 'si' ; et il ouvra la bouche pour se remettre à parler, doucement :

- "Neh, Vlad'...Je te fais pas peur ?

[J'te hais. 399. C'est horrible à respecter, j'ai du raccourcir mes phrases à chaque fois !]
Revenir en haut Aller en bas
Vladimir Malchiderizeck
Si Dieu existait, ce serait moi.
avatar


MessageSujet: Re: Jingle bells, jingle bells ; jingle all the way ♪♫ [PV : Vladimir Malchiderizeck]   Lun 30 Sep - 4:46


    Le froid commençait à se faire sentir et Vladimir maudissait de plus en plus son idée de donner son manteau de Papa Noël, mais il se serrait maudit encore plus de l'avoir gardé. De plus, un manteau de cette envergure allait être énervant pendant sa course. Il avait maintenant un peu moins de dix minutes pour arrivé dans un hôpital en trombe et ramener l'hérisson à sa visite nocturne. Allez savoir pourquoi, Vladimir rendait trop service, était-ce parce que c'était Noël ? [ Ou il approchait, je m'en souviens plus. ]

    Dans tout les cas, le vampire n'allait pas laisser Kenneth ici, ils étaient de la même école et il l'appréciait un peu. Disons qu'il ne lui foutait pas la gerbe comme la plupart des gars de Nozomi ? Vladimir est un dragueur, et l'autre espèce masculine est officiellement des rivaux pour lui ! Non en fait, c’est juste qu'il n'arrive pas à se faire des ami par asociabilité, si ce mot existe vraiment.


    - "Neh, Vlad'...Je te fais pas peur ?

    Le vampire leva un sourcil, c'était quoi cette question idiote ? Plus rien ne faisait peur au suceur de sang, et encore moins les petites bête comme Kenny. Mais on pouvait sentir une sorte de crainte dans la voix de la bestiole. Ou était-ce simplement le fait d'entendre un animal parler qui rendait la chose étrange.

    Le jeune homme voulu répondre mais son regard se concentra sur l’horloge. 7 minutes ...
    Cela devenait une prouesse à la Chuck Norris, mais Vladimir n’abandonnera pas et il n'avait donc pas le temps de parler.

    Il se contenta de baisser la tête vers l'hérisson et de sourire, avant de courir dans la neige, manquant au départ de s'éclater la gueule contre l'eau gelée.

    - Ça risque d'un peu remuer, mais je fais ça pour toi alors tu gerbes pas sur mon magnifique manteau !

    Le jeune homme était déjà à bout de souffle, alors qu'il ne courrait que depuis 3 minutes maintenant. Il leur restait donc 4 minutes.

    C'était la première fois qu'il comptait autant les minutes, il n'avait jamais était d'une tel précision.  Mais fort heureusement, il arriva à destination avec seulement trente secondes de retard.

    Dans l'hopital, un voix résonna pour le vampire, il pouvait entendre une sorte de " Les visites sont terminés." Mais sa seule réponse fut vulgaire, dans le genre:

    - Allez vous faire foutre, c'est urgent. D'acc' ?

    Peut-être la voix avait été indignée, peut-être était-elle abasourdie ou peut-être était-elle en train d'appeler les flics, dans tout les cas, Vlad' s'en foutait. Rien que le fait de revoir Kenny dans un état comme celui d'avant le rendait nerveux, alors si il pouvait l'aider à reprendre forme humaine. Ce n'est qu'arriver dans un long couloir que le vampire se demanda, perplexe.

    - Heu, dis, c'est dans quel chambre que tu dois aller ?

    Sa respiration était saccadée mais audible, l'important était qu'ils étaient là maintenant. Et que maintenant, il y a une connexion wi-fi pour qu'il aille sur internet avec son portable !


[HRP: 504 mots, vas-y te gêne pas à faire plus, je suis inspirée maintenant * un mois après, sisi* ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

       

J'écris en #4ce7ca
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Jingle bells, jingle bells ; jingle all the way ♪♫ [PV : Vladimir Malchiderizeck]   Mer 30 Oct - 14:08

- "Ça risque d'un peu remuer, mais je fais ça pour toi alors tu gerbes pas sur mon magnifique manteau !

Il le sentit courir. 'Risquer' ? Oui, il était balancé dans tout les sens, mais son compagnon de route semblait bien décidé à l'aider ce qui le rendait plutôt content à vrai dire, il avait là la preuve que tout les vampires n'étaient pas des bêtes assoiffées de sang qui ne juraient que par un mental égoïste et parfaitement cruel. Kenny nicha néanmoins son visage contre la veste pour moins ressentir l'effet de manège infernal que lui offrait le buveur de sang. En quelques temps ils arrivèrent, et la phrase même qui fut annoncé lui laissa sentir un poids énorme sur le cœur ; 'Les visites sont terminées'. A ce moment, il releva la tête vers Vlad qui ne semblait pas d'un même accord :

- "Allez vous faire foutre, c'est urgent. D'acc' ?"

Le hérisson cligna des yeux, s'il ressentait un gros malaise à l'instant, tout fut envolé grâce à cet affront lancé contre le personnel hospitalier. Il regarda en arrière, surpris de voir que personne ne bougeait, et l'animal se laissa porter jusqu'à ce que l'autre créature s'arrête et prenne parole avec une voix essoufflée, comme s'il aurait pu mourir d'un coup tant elle était bruyante :

- "Heu, dis, c'est dans quel chambre que tu dois aller ?"

Il ne répondit pas tout de suite, le fixant d'un air prit entre l'étonnement, le soulagement et l'euphorie totale, s'il avait pu lui faire un énorme câlin pour le remercier, juré qu'il l'aurait fait sur le champs. Ses joues vaguement rouge contrastant à son teint pâle lui donnait l'impression que le vampire aurait pu se tuer pour arriver à cet hôpital – ce qui rendait l'anglais encore plus reconnaissant, c'était bien la désobéissance dont il avait fait preuve à l'égard de l'infirmière qui avait annoncé la fin des visites. A ce moment là, Vlad' lui apparaissait comme un ami, il ne savait pas pourquoi, mais sa confiance était passé de cinquante à quatre-vingt-quinze pour cent. Et Kenneth prit parole de son habituelle voix aiguë :

- "La chambre 137, elle est au fond du couloir, à gauche ! Prononça-t-il avec contentement."

La marche reprit donc, et il regarda les plaquettes dorées sur les portes pour se repérer. 121...123...125...127...Son cœur battait de plus en plus fort, et si on les arrêtait ? Tant pis, au moins ils auraient essayé, et au pire, Kenneth proposera à Vlad' d'aller manger un morceau pour le remercier – ce qu'il comptait d'ailleurs faire juste après, ou un autre jour s'il ne pouvait pas, en tout cas, le hérisson se devait de rendre grâce à ce si gentil blandinet. En plus c'était Noël, c'était l'occasion d'être gentil, non ? Alors raison de plus de se montrer adorable face à une aide si précieuse (d'un vampire en plus, qui a dit que c'était tous des crétins finis?), de toute façon l'albinos venait de passer du grade de crétin suceur de sang à « Vlad' ». C'était plutôt gratifiant au final, vu que l'imbécile de blond n'accordait pas sa confiance si facilement. Enfin...Gratifiant...Peut-être pas en fait ? Mais c'était déjà ça de prit ! Peut-être que Vlad' passera un jour au stade « d'ami proche » qui sait ce que réserve l'avenir, après tout il était bien tombé amoureux d'un type à qui il a collé un coup de poing le jour de leur rencontre, donc tout est possible avec Kenny. Et c'est dans cette pensée qu'il chuchota deux simples mots, pas trop audible, mais assez pour qu'il entende :

- "Merci...Vlad."

[HRP : 604 ! Aller, tu peux faire plus /o/ Je t'encourage avec des pompons !]
Revenir en haut Aller en bas
Vladimir Malchiderizeck
Si Dieu existait, ce serait moi.
avatar


MessageSujet: Re: Jingle bells, jingle bells ; jingle all the way ♪♫ [PV : Vladimir Malchiderizeck]   Sam 28 Déc - 21:10

    Le jeune vampire regarda les chambres une par une, celles de nombres impairs. De l'autre côté, des infirmiers le surveiller. Pensaient-ils être assez fort pour mettre à terre un vampire capable de tuer pour un rien ?

    Mais il devait l'avouer, courir comme un taré dans un hôpital, gueuler contre une infirmière et tout ça en portant un hérisson dans les bras, c'était pas commun. De plus rien que le fait qu'il ai les cheveux blanc n'est pas commun. Quoique c’est un phénomène de mode ces temps-ci avec les cheveux rouge et noir...

    Vladimir ne savait pas ou donner de la tête il cherchait comme-ci sa vie en dépendait. Il trouva la salle, ouvrit la porte. Qu'est-ce que Kenny pouvait être piquant tout de même, malgré qu'il soit envelopper par ce manteau de Père Noël, Vlad' était assez doué pour ce piquer. Quel naze.

    Il ouvrit la porte, dans un bruit assourdissant. La porte frottée contre le sol, la personne devait à coup sur être réveiller du coup. D'un côté qui dort à cette heure-là, franchement ?
    Il regarda le lit, quelqu'un dormait réellement mais impossible de savoir qui. Puis, il déposa Kenny au sol et s'assit sur une chaise, essayant vainement de reprendre sa respiration. Il avait fait son sport pour le mois, là. Après ça, Kenny aura intérêt à lui payer un coca, ou alors un MacDo carrément, car il crevait la dalle.

    Vladimir regardait Kenny, il avait laisser le manteau de père noël à Kenny, vu comme ses vêtements étaient carbonisés il n'allait pas se montrer à poil devant son ami, ou sa petite-amie ou alors même sa sœur ou sa mère ou son frère ou son père, bref ça pouvait être n'importe qui. Même un parfait inconnu qu'il avait blessé sans faire exprès et dont il devait aller voir par dignité.
    Bon d'accord, ça, y a que Vladimir qui serait dans ce genre de situation, ou les gens violent comme lui avec un peu de dignité mais voilà quoi.

    Le vampire vit un plateau repas, à peine entamer, il se permis de piocher une fritte dans l'assiette. Elle était froide et en aurait pu la comparé à du papier mâché. Bref, fallait lui payer un repas à lui aussi, sinon il/elle ne pourra pas guérir avec des repas aussi écœurant, mais c'était un hôpital donc ça n'avait rien d'étonnant.

    Le vampire ne sut quoi faire d'autres mis à part les regarder bavasser, enfin si ils allaient vraiment le faire. Il piocha un autre bout de papier mâché, comme quoi ce n'était pas si dégueulasse que ça en fait.

    Puis, il ne put s'empêcher de dire une connerie, tout en mangeant son bout de papier mâché.

    - Si il ou elle dort, réveille-la ou réveille-le, j'ai pas fait tout ça pour rien, t'sais.


    Le vampire s'étira, on entendait un bruit de craquement sur le coup, à croire qu'il venait de se réveiller. Ses os craque toujours, de toute façon. Mais il adore ce bruit, alors ce n'est pas quelque chose de réellement mauvais.



[HRP: 503 mots ... 101 de moins quoi =w= ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

       

J'écris en #4ce7ca
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jingle bells, jingle bells ; jingle all the way ♪♫ [PV : Vladimir Malchiderizeck]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jingle bells, jingle bells ; jingle all the way ♪♫ [PV : Vladimir Malchiderizeck]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» V5 # jingle bells chime in jingle bell time
» Jingle bells, jingle bells, jingle all the way ♫
» « Jingle Bells ♪ »
» Jingle Bells ♪ ♫
» Jingle Bells, Jingle Bells... [Amy, Bhupal & Kathy]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
¤ INTERNAT NOZOMI ¤ :: Archives :: Récupération de RP-
Sauter vers: